Abstention : comment elle favorise la droite et dessert plusieurs catégories de population

Abstention : comment elle favorise la droite et dessert plusieurs catégories de population

       Dans l’article précédent (retrouvez-le en cliquant ici), j’expliquais les causes de l’abstention : problème technique, refus de participer à une mascarade, ignorance de savoir pour qui voter. À mon avis, saisir et connaître les causes de l’abstention est important pour comprendre comment l’abstention favorise la droite et les pouvoirs économiques en place. En effet, l’idée de cet article m’est venue quand je me suis posée la question, mais à qui profite l’abstention pour que les politiques ne luttent pas efficacement contre ? Mais avant d’expliquer comment l’abstention favorise une certaine population, expliquons pourquoi, selon moi, il est problématique de favoriser les partis de droite.

       Pour l’objectivité de cet article, sachez qu’à l’origine, je suis plutôt centriste (Modem), mais au fur et à mesure de mes connaissances et de mes expériences professionnelles, je tends vers la gauche (la vraie, celle qui calcule et donne des chiffres), mais la dimension écologique reste très importante pour moi au moment du vote, et c’est elle qui me fait pencher vers tel ou tel parti.

NOTE : toutes les images sont cliquables pour être agrandies.
Les chiffres proviennent du sondage de l’Ipsos sur les abstentionnistes réalisé sur 3001 personnes lors des dernières élections régionales de juin 2021 (source à la fin de l’article).

LA DROITE, LES MOINS BONS PARTIS POUR REPRÉSENTER LES FRANÇAIS

Les élus de droite : où sont les ouvriers et les employés ?

       Vous allez me dire mais en quoi c’est grave que ce soit la droite qui gagne ? Oui, c’est vrai, excepté au niveau des programmes politiques, on pourrait se dire, même si on n’est pas d’accord avec le programme… que c’est le choix des Français. Donc advienne que pourra… Si c’était réellement le cas, je l’accepterai, même si cela m’énerverait. Par exemple, j’étais contre l’aéroport Notre-Dame-des-Landes, mais cela m’a agacée que Macron ne respecte pas le résultat du référendum qui disait oui à la construction, et a abandonné le projet[1].

       Ce qui me gêne donc dans l’abstention est que le nombre de votants diminuant, le choix final ne représente plus la majorité des Français. Et pire, l’abstention favorise une certaine classe sociale : ce sont les professions libérales et cadres supérieurs qui votent le plus. Les ouvriers et les employés votent le moins. Le résultat des élections est donc totalement vicié quand l’abstention augmente !

Les classes supérieures votent encore massivement.

Quand on met ensemble cadre avec profession intermédiaire
et employé avec ouvrier,
il y a plus de 10 points d’écarts entre les votants et abstentionnistes !!!

       Ensuite, la quasi-totalité des militants des partis de droite n’ont pas la vie quotidienne de la majorité des Français ! Si les gens de droite élus venaient du monde ouvrier, d’employé de bureau, etc., cela ne me dérangerait pas car ils connaîtraient ce que c’est de payer un loyer, de trouver du boulot, de faire un vrai travail, et surtout de travailler avec un chef, (pour l’avoir connu, croyez-moi, cela change tout), etc. Rappelez-vous le fils de Sarkozy qui, à 23 ans, allait être président de l’EPAD (Établissement public d’aménagement de la Défense) alors que le mec n’avait même pas réussi à avoir sa licence de droit[2] ! Et il allait carrément avoir la présidence, même pas un poste d’employé ! Où est la méritocratie !? Où Sarkozy, lui-même, avocat d’accord, mais qui n’a jamais plaidé de sa vie (en tant qu’avocat, non en tant qu’accusé undecided !). Ou encore Macron, banquier, d’accord, mais où ? Chez Rothschild, et non à la Banque postale où l’écrémage des effectifs se fait depuis des années !

       Et ce problème de surreprésentation de personnes qui n’ont pas de problème pour payer leur logement, pour trouver un travail, de supporter un chef, fait que nos députés sont de moins en moins représentatifs de la société française.

  • Les employés qui représentent presque 30 % de la population active ne représentent que 4,6 % des députés.
  • Et pour les ouvriers qui représentent 25 %, le chiffre tombait à 0,5 % en 2007… aujourd’hui, c’est simple, il n’y a plus du tout d’ouvriers à l’Assemblée nationale !!!
Les classes supérieures sont els grandes gagnantes de l'abstention

Je crois qu’on ne peut pas faire de graphique plus clair : les cadres et professions libérales représentent les 3/4 de nos députés !

Source : L’Observatoire des inégalités

       Et personne ne s’émeut qu’il n’y ait plus d’ouvriers à l’Assemblée Nationale alors que c’est la disparition totale d’une classe sociale dans l’organe qui fabrique nos lois ! Pourtant, c’est eux qui font bel et bien parti de la France qui se lève tôt !

On pourrait se dire que cela a toujours été ainsi, mais non, dans les années 1950, les ouvriers représentaient 20 % des sièges à l’Assemblée nationale[3] (corrélation avec le fait que la vie allait beaucoup mieux à l’époque ?!)

L’invasion des cadres supérieurs dans toutes nos instances politiques

       Le delta est donc immense entre la non-représentation des ouvriers et employés et la sur-représentation des cadres et professions libérales ! Et est l’une des principales causes de l’abstention de plus en plus massive et du rejet de nos élus, car les Français se rendent bien compte que « leurs » élus ne vivent pas dans le même monde qu’eux !

       Et s’il n’y avait que la députation, mais les cadres ont envahi toutes les instances politiques ! Si nous comptons encore des ouvriers dans les conseils municipaux, dès l’échelon supérieur, le conseil départemental, ils ne sont plus présents ! Ainsi, dans tous les autres instances de représentations locales, les cadres sont toujours en majorité, ils sont même aux deux tiers dans les conseils régionaux, alors qu’ils représentent à peine 20 % de la population active[4] !

       Et là, je parle de classes sociales, je ne parle même pas des territoires où les gens venant de la campagne sont sous-représentés dans nos élus tandis que les métropoles sont surreprésentées (mon article à ce sujet en cliquant ici). L’exemple de Macron est particulièrement frappant : sa campagne de 2017 a été principalement financée par des gens habitant Paris intra-muros alors que les Parisiens ne représentent seulement qu’un peu plus de 3 % de la population française[5] ! Et bien sûr, les dons ne viennent pas des arrondissements « pauvres » de Paris, mais des riches, voire très riches arrondissements !

       Je pense que ce fossé, qui s’est creusé d’année en année, explique le problème dans les dernières lois pondues qui ne correspondent pas du tout aux territoires et à la vie quotidienne des gens. Les élus ne sont plus dans le même monde que nous.

       Je critique la droite, mais il en est de même avec le parti socialiste ces dernières années : rappelez-vous, en 2015, la ministre du travail, Myriam El Khomri, qui ne savait même pas ce que c’était un CDD… en pleine réforme de détricotage du code du travail[6] ! Alors que même la grand-mère de mon compagnon, 90 ans, ancienne agricultrice, dans son petit village picard où il y a plus de vaches que d’habitants, sait ce qu’est un CDD pour avoir vu ses petits-enfants galérer de CDD en CDD ! En réalité, quand je parle de droite, je parle surtout de tous ces partis établis depuis plus une quarantaine d’années et qui n’ont pas compris ne veulent pas comprendre que le monde a changé. Et c’est ce fossé de plus en plus profond qui fait que les partisans de gauche votent de moins en moins.

L’ABSTENTION DESSERT LA GAUCHE (LA VRAIE) ET L’EXTRÊME-GAUCHE

Le désengagement des électeurs de gauche

       Il est vrai qu’auparavant, l’abstention était à peu près représentative du vote général[7], donc cela ne posait pas de problème (et encore, à voir, car est-ce que les gens exprimaient réellement leur possibilité de vote face aux instituts de sondage, sans parler du problème des non-inscrits ?!). Mais ça, c’était avant ! Depuis une bonne dizaine d’années, les partisans de gauche et d’extrême-gauche votent de moins en moins, et cette tendance s’accroît à chaque élection.

Les électeurs de droite sont encore nombreux à voter.

Le 1er résultat du sondage de l’Ipsos est révélateur : les électeurs de gauche se sont davantage abstenus que ceux de droite.

       Ainsi, lors des dernières élections de la dernière décennie, quand la droite dit qu’elle gagne des communes ou autres, en réalité, ce ne sont pas ses sympathisants qui ont augmenté, d’où davantage de votes, c’est parce que l’électorat de gauche s’est démobilisé[8]. Les élections municipales de 2020 l’ont montré avec plusieurs villes de la Ceinture rouge parisienne (villes communistes) qui ont basculé à droite[9] : entre la gentrification de ces villes et la démobilisation de l’électorat gauche, c’était un boulevard pour la droite !

Le désarroi des électeurs de gauche

       Ce désengagement des sympathisants de gauche s’explique par la politique du gouvernement Hollande et Valls, qui a été de tout, sauf de gauche : aucune avancée sociale particulière (quand j’écris sociale, c’est en référence à ce que vivent quotidiennement les classes populaires), voire pire : la déconstruction complète du code du travail !!!

       De même, pour le parti communiste français, de moins en moins de partisans se retrouvent dans ce parti à l’organisation très hiérarchique et à leurs étranges prises de position. L’exemple des régionales en 2021 en Bretagne est frappant : le parti communiste a appelé au second tour à voter pour le parti sortant (officiellement socialiste, mais s’est rallié à Macron pour redevenir socialiste ensuite…) alors que ce parti a cassé le transport ferroviaire pendant son mandat (voir mon article à ce sujet). Et ce n’est pas comme si en Bretagne, il n’y avait pas d’autres partis de gauche au second tour : trois étaient en lice ! Je comprends donc les sympathisants communistes qui se sont abstenus, car la majorité d’entre eux est pour un bon service ferroviaire. L’abstention est ainsi un moyen de ne pas donner sa voix à un parti que l’on n’aime pas, même s’il s’est allié avec notre parti préféré.

L’inadéquation avec notre parti de prédilection

       Cette raison de s’abstenir est un problème typiquement d’électeurs de gauche, qui, hélas, ont eu une trop grande moralité. En effet, un électeur de droite votera totalement pour son parti ou celui qui représentera la droite (Macron par exemple), même s’il n’est pas d’accord avec tout. Par exemple, les ouvriers qui votent à droite alors que les partis de droite veulent étendre la retraite à 67 ans ! Ce choix de vote est mauvais au niveau personnel puisque l’espérance de vie d’un ouvrier est de 75 ans[10], dont une vingtaine d’années en mauvaise santé[11], et que son risque de mourir avant l’âge est accru de 18 % contre 7 % pour un cadre[12] ! Pourtant, certains ouvriers votent pour un parti de droite. Ils arrivent à faire fi de cette dichotomie et à voter « utile » pour que le parti de leur choix arrive au pouvoir.

Les électeurs écologistes s'abstiennent beaucoup plus que les autres.

Cet autre résultat du sondage de l’Ipsos sur les abstentionnistes est parlant :
ce sont bien les électeurs de gauche TOUT confondus qui n’ont pas été votés !

       Mais un électeur de gauche ne votera jamais de telle manière. Par exemple, je suis contre le nucléaire, je ne voterai pas pour le Parti Communiste qui est pour. Cette moralité des électeurs de gauche explique aussi pourquoi les partis de gauche sont beaucoup plus nombreux, car les dissensions entre eux sont sensibles.

       Et cette sensibilité nuit de deux façons : par l’éclatement de différents partis, et au traitement médiatique qui ne parle que de la division de la gauche au lieu d’expliquer le pourquoi de cette pluralité (ce qui en même temps ferait rentrer du débat dans la sphère médiatique). Et le fait majoritaire des élections françaises balaye cette diversité des partis de gauche et n’aide donc pas à ce que la vraie gauche gagne une élection (article à venir). Ce qui est privilégié dans notre système français avec le second tour et son fait majoritaire est le vote « utile », mais le problème est qu’une élection ne devrait pas se résumer à un vote « utile » ! Nous devrions pouvoir voter au premier tour, selon nos convictions et sans penser au second tour !

       C’est aussi pourquoi aucun parti politique établi n’a mis en place un système de vote proportionnel plus avantageux pour les « petits » partis. Alors qu’à chaque élection, les partis en place nous le proposent tous dans leur profession de foi, puis oublient lorsqu’ils arrivent au pouvoir. Macron en est encore le dernier exemple[13].

Droite-gauche, est-ce la même chose ?

 On entend souvent cette phrase, qu’on vote à droite ou à gauche, c’est tous les mêmes. Je ne suis pas du tout d’accord. Et je pense que cette idée est encore là pour nous inciter à l’abstention.

Il est vrai, comme je l’écrivais plus haut, que le quinquennat de Hollande n’a été qu’une presque continuité de la politique de Sarkozy. Pourtant, prenez quelqu’un qui vote UMP Les Républicains, il ne votera jamais La France Insoumise ou le Parti Communiste. Alors si ce sont les mêmes, pourquoi ne change-il pas son vote selon ses affinités avec la personnalité du candidat ? De même, sans le Parti Socialiste aux manettes en 1998, nous n’aurions jamais eu les 35 heures. Réforme que la droite ne digère toujours pas, plus de vingt ans après.

Cependant, sur le Parti Socialiste lui-même, je ne sais pas si on peut dire, AUJOURD’HUI, qu’il est encore un parti de gauche ? Aucune avancée sociale n’a été proposée lors de son dernier quinquennat, et nous n’y voyons plus aucune personne venant des milieux populaires…

L’ABSTENTION DÉFAVORISE CERTAINES CATÉGORIES DE POPULATION

Le cercle vicieux de l’abstention

       L’autre gros problème de l’abstention est que le système démocratique rentre dans un cercle de plus en plus vicieux. En effet, les gens s’abstiennent de voter, d’où d’année en année une moins bonne représentation des différentes classes sociales et territoriales de la société française dans les prises de décision, d’où des élus de plus en plus déconnectés de la réalité du terrain, d’où un rejet de leurs politiques, d’où une plus forte abstention, d’où une baisse de la représentativité…

Le cercle vicieux de l'abstention.

L’abstention fait rentrer notre système démocratique dans un cercle vicieux,
qui augmente la mauvaise représentativité de nos élus.

       Rien que pour combattre ce cercle vicieux il ne faut pas hésiter à aller voter. Comme je l’écrivais dans l’article précédent, le vote ne va pas révolutionner les choses, mais de mettre en avant des personnes qui viennent du vrai monde, de montrer que leurs idées plaisent, fera que les journalistes en parleront un peu plus, fera que les candidats établis feront plus attention aux propositions de ces « petits » partis.

       Par exemple, Arlette Laguiller est la première femme à se présenter à l’élection présidentielle française en 1974. Elle a reçu beaucoup de quolibets face à sa candidature… En plus, une femme, imaginez ! Pourtant, l’idée qu’une femme se présente à l’élection présidentielle s’est peu à peu imposée et aujourd’hui, nous avons le droit à autant de candidatures de femmes que d’hommes laughing !

       Ou encore l’exemple des Verts. Parti plutôt mal considéré dans les tranches âgées, mais très bien vu chez les jeunes ! Si les jeunes avaient davantage voté, les Verts auraient enfin gagné des élections. En Bretagne, lors des dernières régionales, c’est certain puisque les scores étaient très serrés. Donc, selon les partis, cela peut renverser la tendance actuelle. Et même si les Verts au pouvoir, ce ne sera pas le grand changement, au moins, ce sera de nouvelles personnes qui viennent du terrain (Claire Desmares, l’élue régionale bretonne est agricultrice).

       L’abstention défavorise donc ces « petits » partis qui arriveraient à faire mieux entendre leur voix grâce à davantage de votes. Et ces voix sont importantes pour mettre en avant d’autres catégories de la population.

L’abstention : une non-représentation des jeunes et des femmes

       Dans l’article précédent, nous avons vu que l’abstention des jeunes, les 18-24 ans, est très forte (87 % aux dernières élections régionales !). Comme je l’écrivais, c’est problématique au sens où ce sont eux l’avenir du pays, si les élections ne représentent pas leur vote, qu’en sera-t-il dans les années à venir où de moins en moins de candidats les représenteront !? Cela signifie aussi que le fossé entre lois et souhaits de la société va être de plus en plus grand ! Les jeunes ont ainsi une tendance plus écolo, mais si les politiques ne respectent pas leur choix d’une agriculture biologique, d’augmenter les transports en commun, etc. comment les prochaines années se passeront dans notre pays car le hiatus deviendra plus que problématique dans la vie démocratique ?!

       Il en est de même pour les femmes ! Étrangement, ce n’est pas connu (je l’ai appris en faisant des recherches pour cet article), mais l’abstention touche davantage les femmes que les hommes ! Et cette abstention, comme d’habitude, favorise les partis de droite et peut même faire basculer un vote ! En 2002, si davantage de femmes avaient voté, Le Pen n’aurait pas été au second tour[14] !!! Oui, je n’en reviens toujours pas car je ne l’avais jamais entendu ! Et les chiffres des dernières élections le montrent bien : davantage d’abstentionnistes chez les femmes : plus de DIX points d’écart avec les hommes ! Nous pourrions nous dire que cela n’est pas grave, si elles votent comme les hommes, selon leur catégorie socio-professionnelle. Et bien non, les femmes ont tendance davantage à gauche que les hommes ! D’avoir appris cela m’a chamboulée car je ne pensais pas que le vote pouvait être autant genré ! Cela montre que le vote reste utile et surtout que les femmes sont encore les délaissées de la politique (et explique peut-être pourquoi les politiques ne font rien pour lutter contre l’abstention puisque cela touche les jeunes et les femmes). Et si les femmes et les jeunes sont délaissés, qu’en est-il des personnes racisées ?

Les électeurs de droite votent encore massivement. .
L'abstention est aussi genrée.

L’abstention touche davantage les femmes,
alors que celles-ci votent davantage à gauche.

L’abstention chez les personnes racisées

       En France, nous n’avons pas de statistiques à proprement parler sur le vote des personnes racisées. Néanmoins, quelques recoupements peuvent être réalisés par rapport aux États-Unis et à certaines études sur le vote des familles d’immigrés et leurs descendants (avec un bémol, une partie des immigrés sont blancs).

       D’abord, aux États-Unis, la situation est catastrophique pour les personnes racisées : presque la moitié des personnes noires s’abstiennent[15] (quand elles ne sont pas empêchées de voter[16]). L’effet Obama n’a pas duré longtemps. En effet, son équipe de campagne avait beaucoup incité au vote et avait mis en avant les petits dons, ce qui engageaient de facto les gens (quand vous avez donné de l’argent pour tel candidat, vous avez forcément envie qu’il gagne). Problème : depuis 2010, une décision de la Cour Suprême, la Citizens United, a interdit le plafonnement des dons de la part d’entités privées. Les dons n’étant plus plafonnés, ils battent des records[17] campagne après campagne. Pour l’élection présidentielle américaine de 2020, nous sommes à plus d’un milliard de financement pour CHAQUE candidat[18] !!! La fin de l’interdiction du plafonnement creuse ainsi le fossé entre les petits donateurs et les très gros. Les candidats auront inévitablement une oreille plus attentive aux complaintes des ultra-riches puisqu’ils vont financer une grande part de leur campagne. La Citizens United a ainsi, créer de facto deux poids, deux mesures chez les citoyens américains, d’autant plus aux États-Unis où la question raciale est cruciale. En effet, là-bas, comme en France, les personnes racisées proviennent souvent de classes populaires[19], donc ont de moins bons salaires. Ce sont ainsi les premiers impactés par une telle loi qui les éloigne encore du vote, en les y engageant moins.

       Le dernier référendum en Nouvelle-Calédonie est un bon parallèle entre la situation américaine et celle française. Les Calédoniens natifs de l’île n’ont pas voulu aller voter pour le dernier référendum sur l’indépendance de l’île à cause de l’état sanitaire du pays (en pleine pandémie du covid), mais aussi de la culture kanak qui implique une longue période de deuil (beaucoup de familles endeuillées à cause du covid). Période de deuil où les affaires politiques n’ont rien à y faire[20]. Le gouvernement français n’a pas voulu écouter les Kanaks, et nous nous sommes retrouvés avec un énorme taux d’abstention : plus de 65 %[21] alors qu’au premier referendum en 2018, le taux d’abstention avait été à peine de 20 %[22] !!! Le non à l’auto-détermination l’a donc emporté à plus de 95 % !!! Le cas précis de la Nouvelle-Calédonie montre bien que ce sont les personnes racisées qui ont pâti en premier lieu de cette abstention (même si elles se sont abstenues par « choix »).

       Ensuite, les différentes études montrent que les personnes racisées votent plutôt à gauche. Soit par rapport à leur classe sociale : les ouvriers et employés votent davantage à gauche, soit par rapport à leur religion quand ce sont des immigrés musulmans. En effet, l’Islam tend plutôt vers la gauche : un de ces piliers incite à l’aumône aux pauvres. (Dans les faits, les Catholiques devraient aussi voter à gauche, ce que font encore les Catholiques Bretons, le message de Jésus étant tolérance et aides envers les plus nécessiteux). Quant aux immigrés ayant vécu des discriminations, leur vote ira aussi plutôt à gauche. Concernant leurs enfants, ce sera surtout la catégorie socio-professionnelle qui influencera davantage leur vote[23]. Mais comme en France, il faut SIX générations pour sortir de la pauvreté[24] (oui, c’est énorme), selon le travail des parents nous pouvons déjà deviner le vote d’une majorité de leurs enfants[25]

       Enfin, l’abstention des personnes racisées se voit dans leur représentativité. Les prochaines élections présidentielles le montrent encore : aucune personne racisée candidate ! Pourtant, il y a avait des postulants : Taubira (sans commentaire) mais aussi Anasse Kazib de la Révolution permanente. Aucun des deux n’a réussi à avoir ses signatures, et nous nous retrouvons avec une élection encore de personnes blanches, alors que les Français étaient les premiers à vouloir la victoire d’Obama… Toutefois, si ce manque de représentativité ne se cantonnait qu’à la présidentielle, ce ne serait pas trop grave. Pourtant, comme pour les classes populaires, les personnes racisées sont rares dans les instances décisionnelles. Le meilleur gouvernement sur ce point était celui de Nicolas Sarkozy : Rama Yade, Fadella Amara et Rachida Dati. Oui, trois personnes racisées dans un gouvernement d’une trentaine de personnes, et je me réjouis. Mais aucune gouvernement n’a fait mieux depuis !!! En plus, les deux dernières cochaient toutes les cases : femme, jeune, milieu populaire et racisée. Hélas, ce fut encore un feu de paille. Dès le remaniement de 2010, elles ont toutes les trois disparues alors que Valérie Pécresse et Roselyne Bachelot sont restées… Ainsi, comme pour les classes populaires, les personnes racisées ne sont pas représentées dans nos instances politiques. Et comme pour les classes populaires, l’abstention les défavorise aussi…

       Pour que cela change, il n’y a que deux solutions : combattre réellement l’abstention ou faire comme pour les femmes, instaurer une sorte de parité par rapport au nombre que telle catégorie représente dans la population ; par exemple, qu’il y ait 25 % d’ouvriers présents dans chaque instance démocratique. Les solutions existent pour augmenter la représentativité de tous, il suffit seulement d’une volonté politique… Mais est-ce que cette volonté existe puisque rien n’est fait pour combattre l’abstention ?

LES GRANDS GAGNANTS DE L’ABSTENTION 

L’abstention sert aux classes aisées

       Comme nous l’avons vu précédemment, l’abstention n’est pas combattue par les partis établis. À qui sert-elle alors ? L’abstention, en favorisant les partis de droite, avantagent avant tout les cadres supérieurs et les professions libérales, leurs représentants, les hommes et les personnes âgées plus frileuses au changement. Concernant les personnes âgées, je le vois avec mon entourage âgé dont mon voisin de 80 ans qui est un exemple frappant : super écolo (mange bio depuis 40 ans, zéro déchet, fait attention à sa consommation d’eau et d’électricité, etc.), il ne vote pas les Verts ! Je lui ai donc demandé pourquoi car je ne comprenais pas un tel choix au vu de son mode de vie et qu’il avait voté Macron en 2017 pour du « changement », il m’a répondu qu’il ne voulait pas qu’on tombe dans l’anarchie, et qu’au moins avec les partis en place, il y avait une sécurité !!! Je peux vous dire que sa réponse m’a retournée car il ne vote donc que par posture et non par conviction.

       Quant aux cadres supérieurs et professions libérales, c’est simple, ce sont les seuls qui continuent à voter massivement. On le voit avec le choix de Pécresse pour les Républicains : choix avant tout versaillais[26] alors que Bertrand plaisait davantage aux territoires ruraux. Et même si Pécresse a truqué les votes[27], elle ne l’a pas fait seule, elle a été aidée par une frange de Républicains qui ne voulait pas voir une personne venant du territoire accéder à la campagne électorale.

       Il n’y a pas à se leurrer : une campagne présidentielle coûte chère en temps, énergie et argent. Si vous n’avez pas de parti derrière, c’est difficile. Ou alors, il faut être comme Zemmour[28] et Macron : avoir des milliardaires derrière vous. La moitié de la campagne de Macron en 2017 a été seulement financée par 1212 dons de 4500 euros et plus[29]. Vous pouvez, vous, donner 4000 euros comme ça ?!

       C’est pourquoi, on ne voit plus Besancenot, qui après s’être présenté deux fois, avec des résultats très corrects pour un aussi petit parti, a dû reprendre à plein temps le travail[30] (oui, il y en a qui bossent). Ainsi, c’est bien les classes aisées et supérieures qui sont favorisées par l’abstention. Et l’autre problème de l’abstention, malgré la croyance de beaucoup d’abstentionnistes, est qu’elle permet de légitimer toujours le système en place.

L’abstention comme pilier de l’ordre établi 

       Beaucoup d’abstentionnistes ne votent plus pour ne pas participer à la mascarade démocratique, espérant ainsi qu’avec une majorité d’abstentionnistes, les politiques prennent enfin le problème de la représentativité des élus à bras-le-corps ! Ah, ah ! Rire jaune ! Si seulement, c’était le cas ! Mais non, nos politiques actuels ne veulent pas, car une meilleure représentativité des élus par rapport à la population française veut dire moins de places pour eux, pour les gens de leur classe sociale, et pour les hommes, cela voudrait dire partager le pouvoir avec davantage de femmes puisqu’elles voteraient davantage ! Donc non, en ne faisant rien pour lutter contre l’abstention, ils sont certains d’avoir leur place établie pour les prochains mandats ! C’est pourquoi le système proportionnel n’a toujours pas été mis en place malgré les promesses à chaque élection de tous les partis établis (article à venir à ce sujet).

       Les dernières élections régionales l’ont également montré : 67 % d’abstention, donc la moitié des électeurs qui n’ont pas voté, 87 % chez les jeunes… Avez-vous vu des changements en un an ? Avez-vous vu au moins quelque chose pour les jeunes… ? Rien ! Nada ! Donc ne pas voter pour dénigrer le système est selon moi, un leurre total, que les médias traditionnels et les politiques entretiennent car l’abstention les arrange !

 

       Enfin, je le vois aussi avec mon entourage de classe supérieure : la politique des partis établis ne les dérange pas ou moins. Par exemple, le programme de Macron ne les impactera pas ou peu :

  • Retraite à point et à 67 ans : ils font partie des cadres, donc ont un bon salaire (davantage la possibilité de cotiser pour avoir davantage de points) et vont mourir plus tard que les ouvriers.
  • Réforme du code du travail, des allocations chômage, etc. : pas grave, le chômage touche moins les cadres que les employés.
  • Réforme de l’éducation nationale : pas grave, ils mettront leurs gosses dans le privé.
  • Bordel de parcours sup : pas grave, leurs gosses n’iront pas à l’université, mais dans des écoles de commerce.
  • Taxe carbone sur le carburant automobile (mais pas le kérosène) : pas grave, ils habitent en métropole avec un bon réseau de transports en commun et prennent l’avion pour aller en vacances.

       Bref, l’avantage d’avoir de l’argent, d’être dans le bon lieu d’habitation et de connaître les codes de la société, est que même si un gouvernement restreint les acquis conquis sociaux, les classes sociales supérieures arriveront à contourner les problèmes, alors que pour un employé ou un ouvrier, cela est beaucoup plus difficile (rien que la question du logement et du transport montre toute la problématique). Donc, pour ces personnes-là, pourquoi s’amuser à voter pour un « petit » parti, il vaut mieux prendre les partis établis : sûr qu’ils vont gagner et peu de casse sociale pour eux.

       Et même si certains de mes amis cadres sup. ont manifesté contre la loi liberticide sur la sécurité globale, ils vont revoter Macron car cela ne bouleversera pas leur vie, qu’ils ne veulent pas de Pécresse (alors que c’est à peu près le même programme que Macron) et que Hidalgo est bas dans les sondages. Oui, les sondages font mal à la démocratie comme on l’a vu en 2017 où beaucoup d’électeurs de « gauche » ont voté utile afin d’avoir Macron au 2nd tour. Je vous ai dit que le vote « utile » favorisait la droite…

Pour conclure

       Si l’abstention favoriserait la gauche (la vraie, celle qui se préoccupe de tout le monde) ou les classes populaires, les politiques en place, venant aujourd’hui de milieu favorisé, auraient depuis longtemps cherché à lutter contre. Là, à part pousser des cris d’orfraie à chaque élection, ils ne font CONCRÈTEMENT RIEN pour lutter contre l’abstention ! Aussi bien contre l’abstention des femmes, que celle des personnes racisées, que celle des jeunes, qui sont pour rappel, l’avenir de notre pays ! Pourtant, ce n’est pas comme si il n’y avait pas des enquêtes de l’Insee et même des rapports à l’Assemblée nationale où c’est écrit noir sur blanc que l’abstention est devenu un « phénomène de masse »[31] !!! Comme je l’écrivais au début du 1er article sur l’abstention, les industriels arrivent à nous faire acheter des produits de merde grâce à des techniques de marketing éprouvées, comment cela se fait-il que les politiques n’arrivent donc pas à nous inciter à aller voter ?! Et comment se fait-il que la France a le plus mauvais taux d’abstention des pays européens[32] ?!

       Alors si vous voulez essayer de limiter la casse sociale (je n’ai pas dit changer les choses, hélas), apercevoir d’autres idées ou des personnes de terrain, allez voter aux prochaines élections !

L'abstention sert les intérêts en place.

BONUS

Les propos infects de Martine Aubry et Daniel Cohn-Bendit au sujet d’Arlette Laguiller en 2002 ! Osez dire qu’elle exploite le malheur des ouvriers alors qu’elle, au moins, en parle, est quand même culottée de la part d’Aubry ! Et Cohn-Bendit qui réclame que Laguiller parle de Révolution, alors que lui s’est rallié à Macron ! Sans commentaire ! Ces deux interventions montrent bien que les politiques en place ne veulent pas de personnes venant d’un autre milieu social qu’eux.

POUR EN SAVOIR PLUS

Pour retrouver la première partie de cette réflexion sur l’abstention, le premier article : « Les causes multiples de l’abstention » : https://crevette-diplomate.fr/les-causes-multiples-de-labstention/

Sur Macron et les macronistes

La liste des 50 premiers donateurs de En Marche, qui a permis à Macron de se lancer dans la campagne présidentielle de 2017 : https://aurores.org/macron/

Si vous voulez découvrir qui sont les macronistes, ce bon article de Marianne : « Mais enfin c’est qui les macronistes et pourquoi il en reste ? », n° 1301, 17 février 2022 (https://www.marianne.net/magazine/mais-enfin-cest-qui-les-macronistes-et-pourquoi-il-en-reste). Et sans surprise, l’article explique que les macronistes sont les « winners » (les gagnants en anglais) de notre société actuelle : des gens pensant avoir réussi grâce à leur propre mérite (si seulement cela existait) et sont avant tout des retraités touchant une bonne retraite, des cadres supérieurs et la classe moyenne aisée.

Sur l’abstention

Le dernier rapport de l’Assemblée nationale sur l’abstention de décembre 2021 : https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/rapports/micpelec/l15b4790_rapport-information#_Toc256000024. Étrangement les députés ont à peu près les mêmes pistes de réflexion que moi… Mais alors pourquoi ne font-ils rien !?

Les résultats complets du sondage sur les intentions de vote des abstentionnistes réalisés sur 3001 personnes du 16 au 19 juin 2021 : https://acrobat.adobe.com/link/track?uri=urn:aaid:scds:US:8c371b52-1430-4108-9272-966ab72944c5#pageNum=4

   

Sur Arlette Laguiller

L’émission de Public Sénat, dans « Un monde, un regard », 3 décembre 2021 qui revient sur son parcours complet : https://www.publicsenat.fr/emission/un-monde-un-regard/arlette-laguiller-191279.

NOTES DE BAS DE PAGE

[1] https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/notre-dame-des-landes-emmanuel-macron-assume-la-decision_2566779.html

[2] https://www.lesinrocks.com/actu/jean-sarkozy-a-la-defense-papa-lepad-et-les-potes-132197-12-10-2009/

[3] https://www.inegalites.fr/L-Assemblee-nationale-ne-compte-quasiment-plus-de-representants-des-milieux

[4] https://www.inegalites.fr/L-origine-sociale-des-elus-ne-reflete-pas-la-societe-meme-au-niveau-local?id_groupe=14&id_mot=123&id_rubrique=118

[5] https://www.franceinter.fr/emissions/secrets-d-info/secrets-d-info-04-mai-2019

[6] https://www.latribune.fr/economie/france/la-ministre-du-travail-ne-sait-pas-combien-de-fois-un-cdd-est-renouvelable-519890.html et l’extrait vidéo : https://www.francetvinfo.fr/politique/video-la-ministre-du-travail-reconnait-ne-pas-savoir-combien-de-fois-un-cdd-peut-etre-renouvele_1160519.html

[7] http://www.slate.fr/story/111199/abstention-fn

[8] https://www.monde-diplomatique.fr/2014/05/BRACONNIER/50381

[9] https://www.lopinion.fr/politique/les-municipales-rebattent-les-cartes-en-ile-de-france

[10] https://www.alternatives-economiques.fr/cadresouvriers-esperance-de-vie-comparee-0101201550101.html

[11] https://www.senioractu.com/Esperance-de-vie-les-ouvriers-vivent-moins-longtemps-que-les-cadres_a8615.html

[12] https://www.latribune.fr/economie/france/l-ecart-entre-l-esperance-de-vie-d-un-cadre-et-d-un-ouvrier-est-le-meme-depuis-1976-551827.html

[13] https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-politique/l-edito-politique-27-janvier-2021

[14] https://www.lemonde.fr/societe/article/2007/04/13/nonna-mayer-moins-on-a-fait-d-etudes-plus-il-y-a-de-chances-pour-que-l-on-vote-le-pen_895573_3224.html

[15] https://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/presidentielle-americaine-le-vote-noir-enjeu-cle-de-la-campagne-1180784

[16] https://www.lesechos.fr/2016/11/ces-millions-damericains-noirs-ou-jeunes-qui-ne-peuvent-plus-voter-cette-annee-214045

[17] https://www.ledevoir.com/monde/etats-unis/483406/une-campagne-de-financement-sans-precedent

[18] https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/presidentielle-americaine-le-cout-de-la-campagne-2020-atteint-un-record-historique_4166051.html

[19] https://www.alisse2.insee.fr/fr/statistiques/4195806

[20] https://la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie/le-senat-coutumier-decrete-un-deuil-kanak-d-une-annee-et-se-positionne-en-faveur-du-report-du-referendum-1149691.html#

[21] https://la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie/referendum-en-nouvelle-caledonie-avec-une-tres-forte-abstention-le-non-l-emporte-pour-la-troisieme-fois-resultats-partiels-1178869.html

[22] https://www.interieur.gouv.fr/actualites/actu-du-ministere/3e-referendum-dautodetermination-en-nouvelle-caledonie

[23] https://www.cairn.info/revue-migrations-societe-2013-3-page-175.htm#re33no33

[24] https://www.rfi.fr/fr/france/20180616-etude-ocde-six-generations-necessaires-sortir-pauvrete

[25] https://www.alisse2.insee.fr/fr/statistiques/1373804?sommaire=1373809

[26] https://www.leparisien.fr/yvelines-78/primaire-lr-dans-son-fief-des-yvelines-valerie-pecresse-tente-de-garder-lavantage-14-11-2021-N5UGY4A72JC3HEAY5BCAI6TEOI.php

[27] https://www.liberation.fr/politique/elections/valerie-pecresse-et-la-primaire-bidon-ce-que-revele-lenquete-de-libe-20220223_QFK7POI52VHYZFBGHFYWLR2IDQ/

[28] https://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/derriere-eric-zemmour-un-banquier-et-un-patron-de-start-up_4773765.html

[29] https://www.franceculture.fr/politique/comment-800-grands-donateurs-ont-finance-la-moitie-de-la-campagne-demmanuel-macron

[30] En 2011, dans la lettre officielle aux militants, Besancenot expliquait aussi qu’il ne voulait pas une personnalisation à outrance et voulait laisser la place aux jeunes… Il avait 37 ans !

[31] https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/rapports/micpelec/l15b4790_rapport-information#_Toc256000024

[32] https://www.la-croix.com/Monde/Abstention-comment-sen-sortent-autres-pays-europeens-2021-06-21-1201162352

Si cet article vous a intéressé, partagez-le ! Merci !
Pin Share

2 réflexions sur « Abstention : comment elle favorise la droite et dessert plusieurs catégories de population »

  1. Cet article, et la première partie sont éclairants, et aussi très déprimants.
    Ces questions me travaillent actuellement, et installée en Suisse, je me dis que je vais passer les “épreuves” pour demander la naturalisation (alors que je suis contre ce système qui fait barrage aux naturalisations des étrangers, et majoritairement aux étrangers et étrangères d’autres langues d’origine), donc je veux passer les épreuves uniquement pour accéder au droit de vote (parce que pour payer les impôts, ça oui, c’est accessible et même obligatoire pour toutes et tous, étrangers ou pas!!).
    Et je songe même à faire partie de parti politique, au moins à l’échelle de ma commune. Mais moi, je suis devenue cadre, même si je ne suis pas privilégiée, mes conditions de vie sont bien meilleures que celles de beaucoup d’employé.e.s, d’ouvriers et d’artisans qui ne sont pas patrons…
    Ca rejoint le fait que même au niveau associatif, c’est souvent les gens relativement aisés, qui ont les moyens et du temps libre qui peuvent se permettre de faire du bénévolat…

    1. Intéressante ta réflexion sur la possibilité de payer ses impôts mais pas de voter ! Alors que si on paye des impôts, cela signifie qu’on est plutôt bien intégré ?!
      Et je n’avais pas pensé non plus au prallèle entre les partis politiques et les associations. Mais t’as raison, dans une grande majorité d’associations, ce sont souvent des cadres sup., car oui, il faut avoir du temps pour militer !
      En tout cas, super idée de rentrer dans un parti politique ! J’y pense toujours, mais il faut que je trouve le parti idéal 😉 !

Laisser un commentaire

Cet article vous a intéressé, partagez-le !

%d blogueurs aiment cette page :