Les dessins d’enfants : la quintessence de l’art ?

Les dessins d’enfants : la quintessence de l’art ?

          Titre pompeux, mais pour l’art que ne ferait-on pas ! Dans un des derniers Télérama (n° 3606), j’ai lu une très bonne interview de Claude Ponti. Auteur pour enfant que je n’ai pas eu la chance de connaître petite, étant née juste avant son avènement ! Dans son interview, il parle de l’un de ses projets qu’il a eu beaucoup de difficultés à concrétiser : faire un musée d’œuvres d’enfants. S’il a réussi à le matérialiser au niveau numérique (http://lemuz.org/); en revanche, physiquement, il en est encore loin ! Pourtant, j’ai trouvé l’idée géniale, étant la première à exposer les dessins des enfants de mon entourage. Ce que j’aime dans leurs dessins, c’est qu’ils utilisent beaucoup de couleurs (j’aime la couleur), et leur imaginaire n’est pas encore bridé. Mais tout le monde n’est pas de l’avis de Claude Ponti et moi-même. Pourquoi une telle résistance ? Pourquoi ne pas voir dans les œuvres d’enfant aussi de l’art ?

          La réponse est toute bête : le marché de l’art ! En effet, si un enfant est « capable » de faire une œuvre d’art, alors tout le marché de l’art et les milliards qui vont avec s’écroulent puisque tout le monde ou presque pourra se revendiquer artiste. Les galeristes ne pourront plus dire « Voici un artiste qui monte » et jouer sur sa cote. Les critiques ne pourront plus critiquer. Les acheteurs ne sauront plus à quel saint se vouer pour acheter. Certains dessins d’enfants étant plus bouleversants que certaines œuvres actuelles !

Œuvre d’enfant ou d’adulte ? Pour vous aider, le titre est « Le Bo Toto ». Alors, avez-vous deviné ? Suspense… Cet œuvre est de François Giboulet, un adulte !

Comment un dessin d’enfant peut être vu comme œuvre d’art ?

Pour être schématique, avant le XXe siècle, les artistes-peintres étaient avant tout artiste car ils maîtrisaient plusieurs techniques picturales. Avec l’arrivée de l’art contemporain, le plus important n’est plus la technique, mais l’idée ! Ainsi, certains artistes ne fabriquent même plus leurs œuvres et font appel à des « artisans » pour les fabriquer (notez qu’au Japon, la distinction artiste et artisan n’existe pas !).

Mais cette émergence de l’idée face à la technique gêne beaucoup de personnes (les réac. face à l’art contemporain) car elles ont l’impression qu’un enfant pourrait faire tel tableau (tiens, un enfant, intéressant !). Pour légitimer ce mouvement, le monde de l’art a alors défini l’art comme ce qui fait appelle à l’émotion qu’elle nous suscite ou la réflexion qu’elle nous pose. Mais, en allant dans cette idée, les dessins d’enfants tendent aussi vers cet esprit !

L’artiste Ben (oui, celui qui écrit des phrases blanches sur fond noir) avait déjà émis cette idée il y a plusieurs années dans la Fondation du doute[1] à Blois (musée que je recommande car donne une intéressante réflexion sur l’art). Ben prône le mouvement du groupe Fluxus[2] qui, en résumé, revendiquait que tout le monde pût être artiste et que tout est œuvre d’art, il suffit seulement de le dire (par exemple, ce billet que vous êtes en train de lire est une œuvre d’art foot-in-mouth). Ben veut le décloisonnement de l’art, et que les gens se le réapproprient afin qu’il ne soit pas réservé à une élite.

         Ce qui est étrange c’est qu’avant d’aller dans ce musée à Blois, je n’avais JAMAIS entendu parler de ce mouvement. Pourtant, Ben est quand même un artiste connu. Mais s’il est très célèbre pour ses objets vendus au marketing, toute sa réflexion sur l’art n’est pas arrivée au grand public ! Pourquoi ? Le marché de l’art : trop dérangeant quelqu’un qui revendique tout le monde artiste. Et si tout le monde peut être artiste, les enfants aussi ! Alors oui aux musées d’œuvres d’enfants disséminés dans toute la France, qui réconcilieraient le grand public avec l’art et qui ouvriraient la réflexion à qu’est-ce que l’art ? Car après tout, le propre de l’art n’est-il pas de nous faire ressentir des émotions ?

Pour aller plus loin 

Réflexion du journal Marianne sur l’art contemporain, ses artistes et son marché : https://www.marianne.net/culture/art-contemporain-le-grand-foutage-de-gueule

Le musée (numérique) des œuvres pour enfants : http://lemuz.org/

Et si vous êtes dans les alentours de Blois, je vous recommande vivement La Fondation du doute avec une de ses façades entièrement recouverte d’œuvres de Ben.

 

Note de bas de page

[1] https://www.fondationdudoute.fr
[2] https://fr.wikipedia.org/wiki/Fluxus

Les dérives possibles

Même si nous sommes encore très loin d’une possible reconnaissance des dessins d’enfant comme œuvre d’art, il y a une énorme dérive possible. Le marché peut récupérer ce filon et vendre les œuvres d’enfant ! Avec toutes les problématiques que cela pose : cote possible d’un enfant, pression pour qu’il fasse davantage de dessins. Il faudra alors des lois pour protéger les enfants comme celles qui ont protégé les enfants acteurs.

2 réactions au sujet de « Les dessins d’enfants : la quintessence de l’art ? »

  1. C’est le même questionnement que pose l’art brut, sujet passionnant… C’est l’art fait par des personnes souvent en marge ou en décalage avec la société traditionnelle : les prisonniers, les personnes internées en hôpital ou institution médicalisée. C’est de l’art “brut” car sans connaissance de l’histoire de l’art, sans références aux artistes prédécesseurs, aux techniques établies, de l’art non “pollué” et en dehors du circuit et du marché de l’art.
    Ce qui remet en cause toute la notion d’art liée au marché de l’art : tout le monde peut-il être artiste? Que faut-il pour l’être, pour qu’une “production” soit une “oeuvre”?
    Les collections d’art brut du musée de Villeneuve-d’Ascq m’avaient bien questionnée…
    les dessins des enfants sont-ils une forme d’art brut du coup? 🙂

    1. Bonjour Nina,

      Je te remercie pour ton commentaire très intéressant ! C’est vrai que l’art brut est un sujet passionnant ! Souvent ces tableaux nous procurent énormément d’émotions alors qu’il n’y pas réellement de technique ! Et se pose donc la question de comment devient-on artiste reconnu ? Est-ce possible sans mécène ou galeriste connu ? Bref, de beaux sujets d’articles en perspective 😉 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code