Et pourquoi pas électricienne ?

Et pourquoi pas électricienne ?

Aujourd’hui, un billet d’un ton différent sur le blog mais c’est un sujet qui me tient aussi à cœur : le féminisme ! L’idée de cet article m’est venue cette semaine en tombant sur ce  dessin de la très bonne illustratrice féministe Diglee (pour voir le dessin original, c’est ici) paru dans Le Nouveau Magazine littéraire de ce mois-ci. Dès que j’ai vu le dessin, quelque chose m’a chiffonnée ! Et j’ai appris, grâce à Emma (la blogueuse qui a vulgarisé la charge mentale des femmes), que si quelque chose me chiffonne, c’est qu’il y a un truc qui ne va pas !

Là, dans ce dessin, ce ne sont pas les noms de métier au féminin ! Au contraire, je suis tout à fait pour la féminisation des noms de métier tant qu’elle respecte la langue française. Et aujourd’hui, je suis bien contente d’entendre « autrice » à la place d’« auteure » qui était selon moi une aberration (pour voir pourquoi, lire l’encadré). J’avais même écrit à l’Académie française il y a quelques années (en 2011, Oh my God, déjà !) sur ce point en leur proposant le terme d’autoresse, qui me plaisait beaucoup car renvoyant à poétesse et était déjà employé dans la traduction du Puits de la Solitude de Marguerite Radclyffe-Hall (superbe livre au demeurant sur la difficulté d’amour entre deux femmes au début du XXe siècle jusqu’aux années 1920). Comment cela se fait-il alors que ce dessin qui emploie le terme de peintresse (oh, j’adôre !) me tracasse-t-il ?

Pourquoi le terme « auteure » est affreux ?

En français, la féminisation des noms répond à des règles simples :

Instituteur → Institutrice

Docteur → Doctoresse

Danseur → Danseuse

Mon exemple préféré qui montre la précision de la langue française laughing :

Pêcheur → Pêcheuse

Pécheur → Pécheresse

Mais, comme dans toute bonne langue qui se respecte, il y a une exception, ce sont pour les féminins religieux :

Prieur → Prieure

Supérieur → Supérieure

Voilà pourquoi le féminin auteure me gêne car il renvoie à la religion ! Et le livre est déjà assez sacralisé comme ça pour lui ajouter une dimension religieuse !

Examinons le dessin encore une fois et regardons les métiers qui sont proposés : peintre, magistrat, auteur, avocat, chirurgien, poète et écrivain. Bref, des métiers trop cools selon moi (excepté chirurgien)… Mais la moitié de ces métiers existent peu dans la vraie vie : vous connaissez beaucoup d’auteur, poète et écrivain ? J’en connais, mais ce n’est pas leur métier au sens où ils n’arrivent pas à en vivre ! Et l’autre aspect de ce dessin qui m’a gênée est qu’il ne présente que des métiers intellectuels et artistiques ! Aucun métier manuel n’est représenté (pour info, je n’aime pas cette dichotomie entre intellectuel et manuel, mais pour cet article, on laissera), et cela me gêne que ce dessin ne montre pas une plombière, une couvreuse, etc. Surtout qu’objectivement parlant, pour la plupart des métiers « intellectuels », les femmes sont déjà ou presque à majorité avec les hommes. Aujourd’hui, il y a plus d’avocates que d’avocats rentrant dans la profession. En médecine générale, les femmes dépassent la moitié. Et cela va continuer, puisqu’il y a plus d’étudiantes que d’étudiants dans les universités[1]. L’explication venant du fait que les filles sont bien scolaires (rectificatif : on leur a appris à être bien scolaires) : elles s’adaptent à ce que l’école leur demande.

En revanche, pour les métiers manuels, il en est tout autre. Si on laisse facilement une fille aller en coiffure ou en esthétique, les filles dans le milieu du bâtiment et des transports sont rares. Avez-vous déjà vu une conductrice de train ou une pilotesse (allez, j’ose ce féminin !) ? Moi jamais. Pourtant, je prends le train quotidiennement. En pilote de course, il y a en a quelques-unes mais elles sont rares[2]. Pilote de chasse, je ne crois pas. Mon frère qui a fait un Bac Pro menuiserie avait deux filles dans sa classe, idem en maçonnerie cette année-là. Et devinez quoi, elles étaient les meilleures ! Apparemment, elles faisant des joints comme personne ! Selon moi, la vraie victoire de l’égalité hommes-femmes, c’est quand les filles pourront faire TOUS les métiers qu’elles souhaitent, aussi bien menuisière que procureuse[3] et que dans les faits, chaque métier soit représenté à 50 % par chaque sexe. Alors les filles : choisissez un métier, n’importe lequel, manuel, intellectuel ou artistique, mais celui que vous VOULEZ !

 

Pour aller plus loin 

Une étude (canadienne) très complète sur la place des femmes dans les métiers de la construction :

https://www.csf.gouv.qc.ca/wp-content/uploads/avis-mixite-metiers-construction.html#bookmark5

Clin d’œil : comment dit-on ?

Une femme médecin ? Médecine ?! Existe déjà ! J’emploie le terme de doctoresse. Ou alors médecinesse ?

Une femme ingénieur ? Ingénieuse ? Existe déjà ! J’emploie donc le terme d’ingénieuresse.

Ironie intellectuelle féminine

En écrivant cet article, je me suis rendu compte d’un paradoxe. Si les filles sont une minorité dans les métiers manuels, en revanche leurs noms de métiers se féminisent très bien, et il n’y a jamais eu de débat quelconque sur la féminisation de ces noms de métier. En revanche, la féminisation des noms de métiers intellectuels (comme auteur, professeur) provoquent de vifs débats, voire de tensions dans certaines universités (quand le doyen est une doyenne) ou même dans notre hémicycle national*. Pourquoi cette différence ? Est-ce que les métiers intellectuels, considérés comme plus gratifiants dans la société française, ont plus de mal à laisser la place aux femmes et aux minorités, ce qui révèlerait une société de caste ? Ou est-ce que, comme le constatait cette chère Simone, les classes populaires sont plus paritaires que les classes bourgeoises** ?

Résumé de Brut sur la difficulté de la féminisation des noms
de métiers intellectuels en France des trente dernières années :
https://www.youtube.com/watch?v=7fpChSHao84

Notes :

* La fameuse altercation, en 2014, à l’Assemblée nationale entre Julien Aubert et Sandrine Mazetier sur la féminisation du mot président : https://www.dailymotion.com/video/x27gcfn
 ** Simone De Beauvoir, Le Deuxième Sexe, tome 1, Gallimard, 1949.
Pour être plus précis, dans le chapitre « Histoire », partie V, elle met en avant la gouvernance des femmes de la campagne et donc l’égalité face à la gestion du budget de la maison.

4 réactions au sujet de « Et pourquoi pas électricienne ? »

    1. Bonjour Amélie !
      Je te remercie, ça me fait super plaisir que le blog te plaise ! Pour l’instant, j’ai de très bons retours, alors je vais continuer 😉 !
      Et parler de la TL2, c’est dur, d’un côté, ça semble loin, mais d’un autre, c’était comme si, c’était hier ! Qu’est-ce qu’on a pu rigoler 🙂 !
      Bizhs

  1. Coucou,
    Merci beaucoup pour cet article (ainsi que les autres), quelle écriture pêchue (pertinente, et un peu impertinente aussi!)!! avec plein de liens intéressants. Et dans les autres articles des sources très variées (bien à gauche comme on les aime : Fakir, notamment, ou plus “de référence” comme Le Monde).
    Et j’ajoute, en Suisse, le féminin est davantage utilisé, tant en politique que dans les institutions, et cheffe ou patronne sont bien ancrés!
    Longue vie au blog!

    1. Bonjour Magali !
      Je te remercie ! Me dire que je suis pertinente et impertinente sont des compliments qui me plaisent beaucoup 🙂 ! N’hésite pas à nous faire des retours sur la Suisse dans les commentaires, car le pays est mal connu en France ! Et on aurait beaucoup à apprendre des Suisses (rien que pour les salaires 😉 !).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code