Encore une preuve d’une société machiste : le test de fertilité féminine !

Encore une preuve d’une société machiste : le test de fertilité féminine !

ARTICLE PRESQUE DÉSUET  (AJOUT JUIN 2020)

Depuis le 8 avril 2021, le test pour connaître son dosage de l’hormone anti-müllerienne (AMH) est remboursé dans certains cas de prise en charge médicale (https://www.lab-cerba.com/sites/Cerba/home/vous-informer/news/passage-a-la-nomenclature-de-3-a.html).
C’est d’autant plus une bonne nouvelle que l’augmentation annuelle du coût du test de l’AMH était impressionnante.

Pour autant, l’article est toujours valable pour les femmes qui n’ont pas de problème gynécologique, mais qui souhaitent connaître leur fertilité.

En outre, la question se pose de savoir pourquoi le test de l’AMH a mis autant de temps à être remboursé alors que beaucoup d’associations le réclamaient depuis longtemps.

        Ayant quelques problèmes de santé, mon compagnon et moi avons dû faire un test de fertilité chacun pour savoir si tout était bon de ce côté. Et là, quel étonnement quand ma gynéco m’annonce que l’examen AMH (hormone de régression müllérienne qui permet de  vérifier la réserve ovarienne) n’était pas remboursé par la Sécu et coûtait dans les 40 euros [AJOUT mars 2021 : il coûterait aujourd’hui dans les 60 euros !]  ! Encore sympa, ma gynéco me dit que si je n’ai pas les moyens, je ne fais pas cet examen. Pour ceux qui ne connaissent pas, je suppose que vous vous dites, oui, cela doit être un test compliqué, c’est pourquoi ce n’est pas remboursé. Eh bien non, le test se compose… d’une simple prise de sang, même pas des litres, seulement l’équivalent d’un tube !

       Alors pourquoi cette différence entre hommes et femmes, excepté un reste de machisme primaire dans notre société ? Le test de fertilité pour homme est beaucoup plus complexe à mettre en place : salles réservées, hygiène irréprochable, davantage de personnel à leurs petits soins, alors que nous, les femmes, c’est la basique prise de sang ! Qui ne peut même pas être remboursée !

      Pour la rédaction de ce billet, j’ai donc essayé de chercher des explications, pensant que le machisme latent de nos gouvernants ne pouvait être la seule explication. La Sécu répond simplement que « les actes facturés ne sont pas inscrits à la nomenclature générale des actes professionnels » ; ma mutuelle ne prend pas non plus cet examen en charge pour les mêmes raisons ; tandis que la Haute Autorité de Santé a publié un avis sur cette question suite à la revendication de Bamp[1] (Association de patients de l’AMP et de personnes infertiles) de rembourser ce test. Le résultat : le test n’est toujours pas remboursé !!! Alors pourquoi ? Si quelqu’un a l’explication, je suis preneuse !

Le test de fertilité féminine en question

Ce test, bizarrement, n’est pas très connu. Pourtant, rien qu’avec une prise de sang, il permet de détecter le pourcentage du nombre d’ovules qui reste dans le corps en détectant l’hormone de régression müllérienne. Cette hormone endocrine contrôle le développement des follicules ovariens (qui contiennent les ovocytes qui donneront les ovules). Ainsi, selon le chiffre détecté, la femme peut savoir combien d’années à peu près il lui reste pour enfanter (s’il n’y a aucun autre problème de santé).

Pour rappel, la fertilité féminine est différente de celle des hommes où les spermatozoïdes se fabriquent tout au long de la vie adulte, tandis que  les femmes ont une réserve ovarienne prédéterminée dès le stade embryonnaire (quand elles sont dans le ventre de leur mère). En moyenne, une femme a entre 400 et 800 ovules dans une vie. Cela peut sembler beaucoup mais avec, en moyenne, un cycle tous les mois (donc un ovule qui part), le spectre n’est pas si large que cela.

Personnellement, je conseille ce test à toutes mes amies trentenaires qui n’ont jamais eu d’enfant afin qu’elles sachent si elles ont le temps ou non ! Et j’en parle à toutes les filles jeunes de mon entourage afin qu’elles soient au courant que ce test existe.

Pour information, après en avoir parlé à une amie, elle a demandé à sa gynéco pour  faire le test, et celle-ci lui a répondu que ce test n’existait pas !!! Je trouve aberrant que les médecins donnent facilement une ordonnance pour la pilule à des jeunes filles de 14 ans, mais avoir une ordonnance pour un texte de fertilité est, avec certains médecins, le parcours du combattant ! Donc, les filles n’hésitaient pas à insister ! C’est VOTRE corps, vous avez le droit de savoir !

       OU voici mon hypothèse : peut-être qu’une simple prise de sang indiquant aux femmes si elles doivent penser ou non à la procréation fait peur à notre société machiste et conservatrice ?! En effet, si cette prise de sang était généralisée vers les 26-27 ans, là, en tant que femme on pourrait choisir en toute connaissance de cause pour enfanter, et non se dire, c’est bon, j’ai le temps, et se retrouver à 35 ans, voire même 30 ans pour certaines, à courir derrière les FIV et autres, maîtrisés par qui ? Des hommes et des laboratoires ! Cette différence de traitement entre les femmes et les hommes montrent encore une fois que nous sommes loin de l’égalité prônée par notre Constitution et qu’il faut que nous, femmes, restons vigilantes sur tous les points de la société, d’autant plus quand notre corps est en jeu !

Pour aller plus loin

Article de Bamp sur le remboursement de l’AMH : https://bamp.fr/2017/07/27/vers-un-remboursement-du-dosage-de-lamh/

Dossier de la Haute Autorité de Santé sur le dosage sérique de l’hormone de régression müllérienne : https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2017-07/dir152/argumentaire_t560_amh.pdf

 

Note de bas de page

[1] https://bamp.fr/

 

Si cet article vous a intéressé, partagez-le ! Merci !

14 thoughts on “Encore une preuve d’une société machiste : le test de fertilité féminine !

  1. Cet article raisonne beaucoup en moi !! Quand j’ai demandé à ma gynéco : comment puis-je savoir si je suis fertile et jusqu’à quand ? Elle m’a juste répondu de ne pas m’en occuper, et que ça ne servait à rien de stresser sur le sujet (car c’est contre-productif selon elle). J’ai 27 ans… Et je ne sais pas si je veux des enfants, en tout cas pour le moment je n’en ressens pas l’envie. Une petite prise de sang aurait pu me renseigner si je devais ou non me décider rapidement. Elle aurait au moins pu me rassurer et me renseigner sur les possibilités !

    1. Bonjour,

      Suite à cet article, pas mal de filles de mon entourage m’ont fait part de leur désarroi face à leur gynéco ou médecin traitant. En effet, soit ces praticiens connaissaient à peine l’existence de ce test, soit ils trouvaient que cela ne servait à rien, soit ils n’étaient pas capable de l’interpréter. Je te conseille d’en parler à ton médecin traitant, peut-être qu’il sera plus compréhensif pour te donner une ordonnance pour ce test.

      1. Hello je suis tombée sur ton article car j’ai demandé à mon endocrino de me la prescrire mais elle m’a prévenu que ce n’était pas remboursé. L’annéedernière suite à un début de procédure de don que j’ai dû interrompre j’ai découvert une AMH bonne mais au dessous de mon âge selon un tableau qu’on retrouve sur internet, je voulais donc voir si ça avait beaucoup baissé depuis. Par contre je trouve ça ahurissant que des spécialistes prétendent que ça n’existe pas c’est peut être parce que je suis suivie pour mon endometriose que j’ai connaissance de tous ça, ça reste incroyable. Quand au prix évidemment depuis il a encore augmenté 50 euros mtn. Pour finir concernant le machisme il est avéré puisqu’on nous refuse toujours la congélation des ovocytes sous prétexte qu’on va enfanter plus tard alors que c’est déjà le cas et qu’on a des listes longues de plusieurs années en PMA alors que ça pourrait s’éviter.

        1. Bonjour,

          je te remercie de ton retour instructif : je ne pensais pas que le test avait déjà augmenté d’une dizaine d’euros !!! Cela commence à faire vraiment une somme conséquente que tout le monde ne peut pas se permettre ! S’il augmente de 10 euros régulièrement, on va vite arriver à 100 euros !!!
          Oui, pour la congélation d’ovocytes, je ne comprends toujours pas la logique ! C’est possible de les congeler, si tu fais un don d’ovocytes. C’est comme ça qu’à Brest, ils sensibilisent les étudiantes et ont un taux de dons supérieur à la moyenne nationale. (Et je trouve cela bien de sensibiliser les étudiants, car à cet âge-là, cela me semblait plus que lointain alors que nous sommes au top de la fertilité !).

    1. Bonsoir Sophie,
      Alors là, je ne sais pas du tout. Dans la logique des choses, puisque ce n’est pas remboursé, je dirai oui. Mais je pense que cela doit surtout dépendre des laboratoires. Si t’en apprend plus, n’hésite pas à partager !

  2. Et bien je viens de faire ma prise de sang et on m’a demandé 60€ …
    Je suis en plein parcours PMA et prise en charge à 100% pour ces démarches, cette analyse étant demandée dans le cadre de la PMA je trouve aberrant qu’elle ne soit pas prise en charge !!

    1. 60 € !!! Comme je l’écrivais dans un commentaire l’année dernière, si cela augmente de 10 € tous les ans, nous allons arriver à 100 € pour 2025 !!! C’est vraiment abusé ! Et comme tu dis, encore plus, quand c’est dans la cadre d’une PMA, ou même de tout autre problème de fertilité (endométriose par exemple). Je vais quand même faire un ajout dans l’article pour indiquer que les prix ont changé.
      Bon courage pour ton parcours PMA car ce n’est vraiment pas simple.

  3. Merci pour cet article, je reviens du labo qui m’indique que c’est remboursé dorénavant. Ça m’a paru étrange qu’entre mars et mai ça le devienne 🤔

    1. Bonjour Bérangère,

      je te remercie pour ton retour qui va me permettre de mettre à jour mon article 🙂 ! Après recherche, la prise de sang pour voir le taux de l’AMH est enfin remboursée depuis le 8 avril 2021 ! Il était temps : certaines associations militaient depuis des années pour ce remboursement ! En tout cas, je te remercie encore de m’avoir prévenue 🙂 !

  4. Bonjour,
    Elle est remboursée mais par quand c’est prescrit par qui ? Car mon médecin traitant me dit : je pense que c’est quand c’est prescrit par un gynéco car j’ai rien reçu à ce sujet. Du coup il est pas trop ok pour me faire l’ordonnance … Et vu le comportement de ma dernière gynéco je ne pense pas y retourner et lui demander quoi que ce soit.

  5. Pardon j’ai mal écrit mon dernier commentaire, je recommence :
    Bonjour,
    Elle est remboursée mais qui doit la prescrire ? Car mon médecin traitant me dit : je pense que c’est remboursé quand c’est prescrit par un gynéco car j’ai rien reçu à ce sujet.
    Du coup il est pas trop ok pour me faire l’ordonnance … Et vu le comportement de ma dernière gynéco je ne pense pas y retourner et lui demander quoi que ce soit.

    1. Bonsoir Aurélie,
      pour que le test de fertilité féminine soit remboursé, il faut qu’elle soit prescrite dans le cadre de problèmes gynécologiques ou cancers. Normalement, un médecin traitant peut la prescrire dans ces cas-là, mais du coup, il faut que tu justifies de ces problèmes…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet article vous a intéressé, partagez-le !