Changer son abattant de toilettes suspendues : mission impossible ?

Changer son abattant de toilettes suspendues : mission impossible ?

Je vous souhaite d’abord une bonne année 2021 et qu’elle vous apporte du positif malgré la situation tendue.

Je commence l’année par un article Consommation.
Article un peu plus léger avant d’attaquer 2021 avec 2 gros projets :
un qui sortira d’ici mi-février où je vous mettrai à contribution
(indice : il parlera de cochon sealed) et l’autre qui sera composé d’une série d’articles pour changer notre vision du monde et donc des réformes nécessaires (oui, carrément !).

Je devais écrire cet article sur les abattants de toilettes depuis un moment (mes amis allant aux toilettes chez nous pourront confirmer), mais comme souvent, il n’était pas la priorité. Il est temps de le sortir car, normalement, pour une fois, cet article se périmera (j’espère). En attendant, avant de changer de cuvette de toilettes et/ou d’abattant, renseignez-vous bien.

La cuvette à trous borgnes et son abattant… inchangeable !

       Il y a quelque temps, nous avons refait toute notre salle de bains (la pire pièce à refaire, il faut tellement penser à tout !). Bien sûr, nous avons changé nos toilettes, c’était encore un toilette de chantier temporaire… Temporaire qui a duré 6 ans !

       Notre plombière nous a proposé un modèle de toilettes suspendues sans bride afin que le sol et la cuvette se nettoient plus facilement (elle pense à mon côté maniaque undecided). Dans son devis, il était indiqué cuvette avec l’abattant. Comme je savais qu’un abattant blanc n’allait pas me plaire (#team couleur), je lui demande de livrer la cuvette sans. Elle me répond que cela n’est pas possible, tout est livré ensemble. Déjà, à ce niveau, j’aurais dû me méfier… Et déjà à ce niveau, cela m’énervait : pourquoi nous oblige-t-on à prendre un abattant qui ne nous plaira pas !? Oui, désolé, j’ai des goûts simples : je n’aime pas le blanc, cela me rappelle quand je travaillais à l’hôpital. Ma plombière très compatissante me répond que cela revient moins cher… bref, le bla-bla habituel.

       Cuvette posée. Avec l’abattant blanc.

       Comme je suis têtue, je décide de changer l’abattant. Oui, je sais, ce n’est pas écolo, mais j’avais prévu de donner l’abattant blanc à Emmaüs (#rachat de conscience).

       Mon compagnon me demande si je vais arriver à changer d’abattant, je lui réponds : « Mais, c’est facile, c’est à la portée de n’importe qui ! » Ha, ha, ha ! J’en rigole encore. Le nouvel abattant à côté de moi, je vais gaiement l’installer, je dévisse joyeusement les vis de « l’ancien », entends le « tchin » des vis qui tombent… et commence à comprendre mon erreur ! Les vis sont tombées à l’intérieur de la cuvette (voir photo ci-dessous)… Cela signifie que je ne peux pas les récupérer, et si je ne peux pas les récupérer, cela veut dire que je ne pourrai pas revisser et donc installer un autre abattant !!!

       Et là, et là : que comprends-je ? Que l’abattant ne se change pas !!! Non, il ne se change pas.

       Et croyez-moi, j’en ai regardé des tutos sur internet (je pleure encore de voir les abattants des toilettes classiques se changer en un tour de main), j’ai demandé à toutes mes connaissances qui sont venues à la maison : comment change-t-on un abattant sur une cuvette suspendue ?! Ou à trous borgnes dans le jargon plombier.

Changer abattant toilettes suspendues
Changer abattant toilettes suspendues

Cuvette suspendue prise de trois quarts et de profil. 
Comment voulez-vous accéder aux vis de l’abattant ?

Trou borgne de toilettes suspendues

Trou borgne d’une cuvette de toilettes suspendues. La photo ne permet pas de voir que le trou donne directement dans l’intérieur de la cuvette.

       Oui, notre cuvette super moderne est à trous borgnes, c’est-à-dire qu’on ne peut pas accéder aux trous des vis par le dessous. Mais bien sûr, dans les catalogues pour grand public, vous verrez rarement cette appellation peu vendeuse (qui est pourtant plus explicite pour l’abattant), elle est remplacée par « toilettes suspendues », expression qui ne mentionne pas du tout le fait de ne pas avoir accès facilement aux vis de l’abattant !

       Mais bordel, qui a encore eu cette idée à la con !? Là, je changeais mon abattant pour raison esthétique (cela m’apprendra à vouloir jouer les intérieurs beauté undecided) mais beaucoup de personnes changent leur abattant parce qu’il se casse ou que la saleté est trop incrusté. Et là, maintenant, on ne peut plus !!! Ou alors, il faut changer toute la cuvette avec !!!??? Je ne sais pas si on peut parler d’obsolescence programmée, mais on y est presque. Sans parler du fait de toujours compliquer la vie des gens ! Certes, les toilettes suspendues sont plus simples pour nettoyer le sol, mais ce que nous avons gagné d’un côté, nous le perdons de l’autre !

Changer un abattant de toilettes suspendues

       Bon, comme cet épisode est vieux, entre deux, les industriels ont enfin commencé à sortir des abattants pour les toilettes suspendues qui se vissent par le dessus. Donc, mon problème est presque résolu (maintenant, il faut que je trouve la couleur adéquate wink). Même si en voyant ce fil sur le forum Leroy Merlin (https://communaute.leroymerlin.fr/t5/Forum-Salle-De-Bains/Probl%C3%A8me-remplacement-abattant-wc-suspendu/td-p/459821), j’ai des doutes. Changer un abattant de toilettes suspendues, même quand c’est possible, a l’air beaucoup plus complexe qu’avec des toilettes classiques.

AJOUT MAI 2021 : la solution la plus simple pour changer un abattant de toilettes suspendues est d’acheter (oui, encore) une paire de chevilles à bascule. Grâce au système à ressort, elle se fixe dans le trou borgne, puis nous pouvons visser l’abattant dans la cheville installée. À ma connaissance, il n’y a que l’entreprise française Olfa qui propose ce sytème (https://www.olfa.fr/chevilles-a-bascule.html).

       Après avoir épluché les magasins pour trouver enfin l’abattant parfait, je note que les industriels en ont aussi profité pour augmenter les prix et imposer le plastique dans les abattants. En effet, pour les toilettes classiques, on trouve encore facilement des abattants en bois thermo-laqués (et fabriqués en France). En revanche, pour les abattants de toilettes suspendues, là, c’est une autre paire de manche, il faut vraiment éplucher les étiquettes, et si vous voulez les deux : en bois et fabriqué en France, préparez-vous à débourser !

       L’entreprise ardennaise Olfa (article non sponsorisé) en propose, et en plus ils sont fabriqués avec de la farine de sciure de hêtre récupérée dans des scieries qui utilisent du bois de forêts gérées de manière responsable. Cette farine est mise à haute pression, ce qui dégage la résine qui permet de coller le tout. Cette technique déposée s’appelle du bois réticulé… Mais, à minimum 60 € l’abattant, je sais très bien qu’une grande part de la population ne peut se le permettre malgré la garantie de 10 ans des abattants. C’est bien dommage car le procédé me semble bien écolo : pas de plastique et récupération de la sciure dans des scieries qui font attention à la provenance du bois, sans oublier une dimension sociale : l’usine est située dans une région française qui a bien besoin de boulot. Donc, un abattant parfait, mais cher !

L’abattant pour toilettes suspendues sans plastique, fabriqué en France et à prix abordable n’existe donc pas !

Attention aussi aux charnières

Dans ma quête de l’abattant idéal, il y a aussi un nouveau facteur à prendre en compte, surtout si vous achetez sur internet (moins visible) : les charnières. Auparavant, les charnières étaient en inox : matériau très résistant en milieu humide et au mouvement.

Maintenant, de plus en plus d’abattants sont avec des charnières en… plastique ! Oui, vous avez bien lu ! En plastique. Si le plastique est à peu près résistant en milieu humide, en revanche, sa durée de vie l’est beaucoup moins, sans oublier qu’il est beaucoup moins hygiénique que l’inox ! Bref, comment un achat simple se transforme en parcours du combattant avec un tas de nouveaux critères à prendre en compte !

Charnières plastiques d'un abattant de cuvette suspendue.

Charnières et vis en plastique pour cet abattant de toilettes.

       Si j’ai écrit cet article, c’est pour que vous soyez au courant si vous changez vos toilettes, puis pour exprimer mon énervement. L’abattant toilettes est encore un exemple de tout ce qui ne va pas dans notre société actuelle : même pour acheter un abattant de chiottes, il faut maintenant éplucher des sites, aller dans les magasins, se renseigner pour éviter d’avoir un abattant inchangeable, puis qui ne soit pas en plastique, enfin si possible fabriqué en France ! Bien sûr, comme vous voulez ce qui est maintenant devenu impossible, il faut payer plus cher ! Bref, bienvenue dans le monde capitaliste !

POUR EN SAVOIR PLUS

Le site de Olfa, entreprise française d’abattants de toilettes suspendues : www.olfa.fr (leurs abattants sont moins chers chez Leroy Merlin).

Si cet article vous a intéressé, partagez-le ! Merci !

6 thoughts on “Changer son abattant de toilettes suspendues : mission impossible ?

  1. En voilà un article d’intérêt public !!
    Déjà je comprends (un peu mieux) cette question de cuvette “suspendue” : c’est donc pour faciliter le nettoyage du sol : OK.

    La première question qui m’est venue à l’esprit pour refuser mordicus ce modèle ne concernait pas l’abattant mais la chasse d’eau : comment on change le système quand il casse (ce qui ne manquera pas d’arriver croyez moi) une fois que tout est enchassé dans le mûr ?

    Pour cette histoire d’abattant : en plus en cas de location, il est désormais obligatoire de changer l’abattant, pour des raisons d’hygiène évidente. Alors comme on fait avec ces modele à trou borgne ?

    Ici je n’ai jamais trouvé d’abattant idéal. Toujours ils se cassent, finissent par se décaler de l’assise, et les systèmes de fixation, de même que les cales en dessous, sont impossible à nettoyer. Oui tu sais les petits patins qui sont sous l’abattant là, ils sont toujours dégueulasses ceux là ?!

    Alors notre solution : nous avons pris un modèle de toilette de collectivité SANS abattant. Alors oui au début ça fait froid aux fesses, mais vraiment on s’habitue. et alors le nettoyage est simplifié par 1000.

    Bon mais pour la blague je te raconte quand même mon plus gros fail en terme de chiotte : j’ai cassé le couvercle de la chasse d’eau. En céramique (la fois donc où j’ai changé le flotteur de la chasse d’eau). Et ben pareil que toi : impossible de le changer : j’ai dû racheter un réservoir complet (que j’ai pris en plastique car je vendais la maison et ça coutait moins cher)… et là ou c’est drôle (ou dramatique) c’est que une fois revenue à la maison avec le réservoir complet je me suis rendue compte que la chasse d’eau n’allait pas dedans : la sortie n’était pas fichue pareil (pour ceux qui suivent : je venais donc juste de changer le flotteur de la chasse d’eau). J’ai donc du retourner acheter une chasse d’eau adaptée.
    Au final je pense que ça m’aurait couté moins cher de faire intervenir ta plombière pour changer le toilette complet…

    1. Bonsoir Fanchette,
      merci de ton retour très instructif ! Je ne savais pas que maintenant en location, il fallait changer l’abattant ! C’est clair que les toilettes suspendues ne s’y prêtent pas !
      Pour la chasse d’eau, nous avons prévu un couvercle au-dessus de l’encastré pour pouvoir y accéder s’il y a une panne. Mais, c’est vrai que beaucoup de personnes n’y pensent pas en les posant (j’ai des amis qui ont dû tout démonter !).
      Ah oui, je n’aurais jamais pensé que le couvercle en céramique des toilettes classiques n’était pas changeable, cela ne me semble pourtant pas impossible à mettre en place !?
      Et merci de l’info, je ne connaissais pas le modèle pour collectivité ! Comme tu dis, c’est finalement le plus propre : tu arrives à accéder à tout !
      Sinon, un autre solution est les toilettes sèches, mais là, c’est tout un autre système…

      1. Oui je n’ai pas été claire dans mon explication : tu peux tout à fait changer un couvercle en céramique vu que c’est simplement posé.
        Mais c’est un peu comme changer le pot de ta cafetière électrique : tu ne trouves JAMAIS le bon modèle. Même si t’as la référence, il n’a pas la même forme : je suspecte les fabricants de faire légèrement changer le modèle tous les 5 ans, comme ça ton nouveau couvercle ne s’enchâsse pas dans ton ancien réservoir : les fourbes !
        Et sur mon toilette de collectivité (équipé d’une chasse d’eau La Trombe, j’étais trop vénère pour racheter un réservoir avec un flotteur et un couvercle !), il y a quand même un système de vis au pied, pas pratique à laver. Donc : pour la future salle de bain (de l’étage) j’a acheté un toilette de collectivité de seconde main (oui !) absolument parfait. Sans couvercle et avec un système de fixation au sol beaucoup moins difficile à nettoyer… Je pense que j’ai trouvé là le modèle idéal – il doit dater des années 1920 – et ça m’a pris une journée complète de nettoyage (pas qu’il était dégueulasse mais il apparaissait fêlé — ce qui m’a permis de le chiner à un tarif imbattable — et ce n’était que des rayures de l’émail : nettoyé à la brosse à dent, à la pate à récurer maison à base d’argile et savon noir il est désormais rutilant : y’a plus qu’à le poser !!
        Signé : la fille qui chine des cuvettes de toilettes lors de ses vacances – et qui ramène donc en souvenir du Lot des chiotes !

        1. Cet histoire de chiottes est quand même dingue ! L’histoire du couvercle me fait penser à l’histoire des sacs aspirateur (même si avec l’apparition du sans sac, cela s’est arrangé !). Auparavant, une même marque et presque un même modèle (la référence ne changeait seulement que d’un chiffre) n’avait pas du tout le même sac ! Qu’est-ce que c’était embêtant !
          Sinon, ta signature m’a bien fait rire 🙂 !

    1. Bonsoir,
      oui, c’est vraiment quelque chose qui m’énerve au plus haut point : ne pas oublier de prendre toutes les mesures, et être sûr de ne pas se tromper dans la prise de celle-ci !
      C’est comme pour les aspirateurs à sac, à quand des sacs universels !?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet article vous a intéressé, partagez-le !