Algues vertes : ça suffit (2de partie)

Algues vertes : ça suffit (2de partie)

Expliquons mainteant le fond du problème des algues vertes
mais aussi les solutions possibles.

Si vous n’avez pas lu la première partie, c’est par ici
(https://crevette-diplomate.fr/algues-vertes-ca-suffit).

LE fond du problème des marées vertes est la trop forte concentration du lisier.
Le lisier et les intrants favorisent les nitrates donc les algues vertes.
Le taux d'azote est encore trop fort dans les champs.
La Bretagne produit plus de la moitié de la viande française.
La Bretagne est là où se concentre le plus d'animaxu au kilomètre carré.
Le problème de l'élevage intensif est qu'il faut traiter le lisier.
Les épandages de lisier se font même dans les sites classés.
Le préfet donne toujours des autorisatins pour les fermes-usines qui détériorent la qualité de l'eau.
Le tribunal administratif de Nantes a reconnu l'État français comme coupable contre les marées vertes.
Les solutions pour lutter contre les marées vertes.
Les méthaniseurs coûtent de l'argent snas lutter contre les algues vertes.

Le méthaniseur, une fausse bonne idée

Si le méthaniseur apparaissait comme une bonne idée, dans les faits, elle s’est transformée en cercle vicieux.

Pour produire plus de gaz, les éleveurs industriels ont plus d’animaux pour avoir plus de lisier, pour produire plus de gaz. Et pour bien « digérer » le lisier, le méthaniseur a besoin d’autres plantes, donc certains agriculteurs en cultivent pour leur méthaniseur* et non pour nous nourrir ! Et il n’est pas possible d’ajouter les algues vertes car elles sont trop salées et elles méthanisent mal.

Sans oublier les « accidents » qui arrivent régulièrement** : le lisier et les déchets végétaux se retrouvent alors dans l’eau et polluent celle-ci !

Le problème des méthaniseurs dans la prolifération de la pollution.
* Cette vidéo montre 300 hectares de seigle, qui ne vont nourrir ni les humains, ni les bêtes, mais le méthaniseur :  https://www.youtube.com/watch?reload=9&v=nggqqQp3Dkk&feature=youtu.be !
** Le dernier « accident » date d’août 2020 et a privé les Sud-Finistériens d’eau potable pendant plusieurs jours : https://www.20minutes.fr/planete/2851487-20200902-bretagne-apres-pollution-agriculture-defend-gout-methanisation.
Le coût finanicer des algues vertes.
L'Union européenne inflige des amendes à l'État français à cause de la non-potabilité de l'eau.
Le traitement des algues vertes coûtent plus d'un milliard d'euros.
* 1 milliard étant le chiffre bas : http://www.lefigaro.fr/environnement/2011/08/04/01029-20110804ARTFIG00512-les-algues-vertes-coutent-plus-d-un-milliard-d-euros.php.
Certaines études parlent de plusieurs milliards : https://www.lemonde.fr/planete/article/2016/01/12/quel-est-le-cout-des-pollutions-agricoles_4846106_3244.html ! (Chiffres pour la France entière mais la Bretagne étant la première région d’élevage, elle est davatange responsable de ce chiffre.)
Énormément d'actions sont possibles pour lutter contre les marées vertes.
Une pétition et une bande dessinée contre les algues vertes.
Choisir de la viande et des légumes provenant de l'agriculture biologique et élévée dans les pâturages.
Écrire aux directeurs de supermarchés afin de réduire la pression sur l'élevage industriel.
Augmenter les haies bocagères et les zones humides pour lutter contre les marées vertes.
Interpeller les pouvoirs publics pour lutter contre les algues vertes.
Les algues vertes sont là depuis 60 ans.

NOTE FINALE

Cette bande dessinée se passe en Bretagne,
là où le phénomène des algues vertes est le plus visible.
Mais il ne faut pas se leurrer, la pollution de l’eau se retrouve dans toute la France, à cause principalement des intrants de l’agriculture.
La France est ainsi condamnée régulièrement par l’Union européenne pour le manque de potabilité de son eau.
En Picardie, par exemple, pour que l’eau puisse être encore potable, l’Agence régionale de l’eau a relevé le seuil de nitrates en le passant à 70 mg/L (https://actu.fr/hauts-de-france/nouvion_80598/leau-rendue-potable-augmentantles-seuils-tolerance-nitrates_24830885.html) !!!
Loin du seuil réglementaire de 50 mg/L qui pourtant, pour beaucoup d’associations environnementales, est encore trop haut.
Certaines souhaiteraient le fixer à 10 mg/L pour éviter la prolifération des algues vertes et surtout pour la santé humaine !

Et pour signer la pétition mise en place par André Pochon, c’est ici : https://www.change.org/p/mme-la-pr%C3%A9f%C3%A8te-de-la-r%C3%A9gion-bretagne-r%C3%A9duire-les-algues-vertes-c-est-possible.
J’ai choisi celle-ci car elle concerne toute la Bretagne, et s’adresse à TOUS les élus bretons sans oublier la Commission européenne pour une réforme de la PAC (Politique agricole commune).
Pour connaître André Pochon, l’auteur de la pétition, son portrait en quelques minutes réalisé par France Culture (https://www.franceculture.fr/emissions/comme-personne/andre-pochon-infatigable-icone-lagriculture-paysanne)

REMERCIEMENTS

Je remercie chaleureusement Agathe (Atelier Sham Too) sans qui rien n’aurait été possible. La collaboration avec elle a été d’une fluidité incroyable. Je suis vraiment contente de l’avoir « rencontrée » car je trouve qu’elle a très bien réussi à rendre ce que je souhaitais. Et je trouve le résultat de cette BD superbe laughing !
Cliquez pour lire son blog Super Graou (http://super-graou.blogspot.com/) ou voir son compte Instagram où elle est plus active : atelier_sham_too (https://www.instagram.com/atelier_sham_too/).

Mes relectrices préférées aux différents stades de l’avancée du projet, Charlotte, Clélia et Nina. Je les remercie pour leurs encouragements, leur enthousiasme et leurs suggestions.

Mon compagnon, qui m’a poussé à ne pas laisser tomber malgré les diverses déconvenues.

L’Atelier 3 Bulles à Auray pour leur accueil, leurs conseils et leurs encouragements (https://atelier3bulles.wixsite.com/atelier3bulles et leur page Facebook https://fr-fr.facebook.com/atelier3bulles/).

Et vous, lectrices et lecteurs, qui me lisez avec engouement et qui partagerez massivement cette BD afin que les choses bougent wink !

QUE FAIRE ?

 

Si vous êtes citoyen

  • Partagez cette BD afin que le plus de monde soit au courant.
  • Signez la pétition.
  • Bannissez les pecticides et les engrais de votre alimentation en privilégiant l’agirculture biologique.
  • Diminuez votre consommation de viande afin de choisir des animaux issus d’élevages pratiquant le pâturage.
  • Interpellez vos élus et répondez aux enquêtes publiques sur les extensions d’élevage et les projets de méthaniseur.

 

Si vous êtes élu

Si vous êtes agriculteur

Essayer de passer en agriculture biologique soit en nouant des partenariats avec les collectivités proches, soit en faisant pression sur vos représentants syndicaux pour qu’ils changent la pratique agricole, notamment le système des aides, afin d’aller vers un système plus vertueux pour tout le monde.

POUR EN SAVOIR PLUS

BD
La revue dessinée, « Sur la plage empoisonnée » d’Inès léraud et Pierre Van Hove, n° 17, automne 2017 (https://www.larevuedessinee.fr/produit/17-2017-automne/). C ’est un extrait de la bande dessinée suivante.
• Algues vertes, l’histoire interdite d’Inès léraud et Pierre Van Hove, Delcourt, juin 2019 (https://www.editions-delcourt.fr/bd/series/serie-algues-vertes-l-histoire-interdite/album-algues-vertes-l-histoire-interdite).

Livre
• Les marées vertes, Alain Menesguen, « Clés pour comprendre », Quae, 2018 (http://www.quae.com/fr/r4970-les-marees-vertes.html)

Presse
• Le Télégramme vient de faire un grand dossier sur l’agriculture bretonne : https://www.letelegramme.fr/dossiers/quel-modele-pour-lagriculture-bretonne/
• Article très complet du Monde ave une riche cartographie sur l’utilisation des pesticides : https://www.lemonde.fr/planete/article/2016/01/12/quel-est-le-cout-des-pollutions-agricoles_4846106_3244.html

Radio
Sur France Culture, l’émission Les pieds sur terre, « Algues vertes : rompre le silence » par Sonia Kronlund et Cécile Laffon.

Vidéo
• Courte vidéo de France Inter pour résumer le problème : https://www.youtube.com/watch?v=hvFJr1uNhmo.
• Le reportage de France 5, Bretagne, une terre sacrifiée dans la collection « Le monde en face », réalisée par Aude Rouaux et Marie Garreau de Labarre. Ce documentaire retrace bien toute l’histoire et la problématique des algues vertes.

Site associatif
• Eau et rivières de Bretagne, page Marées vertes : https://www.eau-et-rivieres.org/marees-vertes-1

Webmagazine
• Page sur les nitrates de Balises, le webmagazine de la BPI (Bibliothèque publique d’information) : https://balises.bpi.fr/quest-ce-que-la-pollution-par-les-nitrates/

Si cet article vous a intéressé, partagez-le ! Merci !

5 thoughts on “Algues vertes : ça suffit (2de partie)

  1. Oui très bien, bonne pédagogie. Mais,la police de caractère des bulles est assez rédhibitoire et pas très lisible !

    1. Merci !
      Oui, pour la police, pas évident de s’en rendre compte avant de mettre les images sur le blog. Nous aurions dû augmenter le corps de 2 points, mais pas évident car les dessins étaient faits.

  2. Bonjour,

    Et félicitations pour ce beau travail de vulgarisation et de pédagogie.

    Je souhaitais juste vous partager quelques informations supplémentaires concernant ce problème d’algues vertes et son origine. En effet, le problème serait en fait encore plus ancien, et remonterait au remembrement de ce qui auparavant était un beau bocage breton… C’est la destruction massive de tous ces habitats tant importants pour la faune et la flore bretonne, éliminant d’un coup tous les petits carnivores, de l’hermine à la fouine et au blaireau, et tous les autres, du hérisson à la salamandre, sans parler bien entendu de l’avifaune qui a déserté ces paysages puisqu’elle avait perdu son garde manger, qui a déclenché une réaction en chaîne, une perte d’humus des sols, qui du coup sont progressivement quasi stériles et incapables de retenir les eaux de pluies / lessivage très fréquentes dans nos régions, qui ont causé une accumulation de nutriments dans le fond des rivières, qui les ont ensuite charriées jusqu’à la mer. Vous pourriez vous rapprocher très utilement de M; Konrad Schreiber, peut-être joingnable via “Ver De Terre Production voir leur chaîne Youtube”, qui pourra vous expliquer tout cela avec moults détails. Donc pour terminer sur une note positive et constructive, plutôt que de lutter et protester contre les élevages intensifs (qui certes j’en conviens, font partie du problème, mais jouent également un rôle économique dans la région), je pense qu’il serait très important de mobiliser les gens pour reconstituer de belles haies en replantant massivement (ça tombe bien, le gouvernement s’est engagé récemment à replanter 7000 km de haies pour la biodiversité…), et à le faire proprement, avec des essences locales, adaptées et à même de reconstituer nos anciens écosystèmes, tout en respectant les principes de reforestation mis en oeuvre par le Professeur Miyawaki dan stant d’autres parties du monde. Il est temps de réparer nos bêtises d’après-guerre. Une telle initiative pourrait d’ailleurs vous permettre de rédiger un deuxième tome de votre Bande Dessinée, qui sait.

    Bien à vous,

    Marc Le Groumellec

    1. Bonjour Marc,

      je vous remercie beaucoup, les retours font toujours plaisir :-).
      Concernant le remembrement, je suis tout à fait d’accord qu’il participe aussi au lessivage des sols, donc in fine, à la formation des algues vertes. Je l’évoque rapidement dans la BD, mais hélas, je n’ai pas détaillé davantage voulant réaliser une BD accessible et rapide à lire. Je vous remercie pour la recommandation, j’irai voir cela.
      Concernant la replantation de haies, je serai moins positive que vous : certes, on en replante beaucoup, mais trop de haies sont encore détruites chaque année (https://www.ouest-france.fr/environnement/biodiversite/depuis-1950-70-des-haies-ont-disparu-des-bocages-francais-7146722) ne compensant donc pas celles détruites au niveau taille et surtout biodiversité (une vielle haie est plus riche qu’une jeune haie). Je note pour la 2e BD 😉 ! Et pour finir sur une note positive : de plus en plus de citoyens voient l’importance des arbres, des haies et de s’engager, ou au moins de faire porter leur voix dans le débat public 🙂 !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Cet article vous a intéressé, partagez-le !