Âge du départ à la retraite : les chiffres pour comprendre

Âge du départ à la retraite : les chiffres pour comprendre

Comme tout le monde le sait, depuis 2019, le gouvernement Macron veut réformer notre système de retraites (pour retrouver mon article de l’époque, cliquez ici) et l’âge de départ en retraite. S’il y avait déjà beaucoup à discuter sur la réforme de 2019, là celle de 2022 est encore plus problématique sur sa mise en place et sa réelle utilité.

Pour les personnes pressées, l’article est émaillé d’illustrations qui résument les points traités pour que vous puissiez voir directement les points qui vous intéressent. Vous pouvez cliquer sur les illustrations pour mieux les voir.

NOTE
Pour simplifier, au niveau chiffres, je ne parle que pour les hommes.
La tendance se retrouve chez les femmes, même si elle est moins forte.

L’espérance de vie : de la moyenne
à des critères plus justes

L’espérance de vie stagne

       D’abord, fixer un âge de départ à 64 ans est trop tardif. Je le vois dans mon entourage. À l’heure actuelle, les personnes prenant déjà leur retraite à 62 ans sont épuisées et lassées. Elles sont fatiguées par leur travail en tant que tel, mais aussi par la mauvaise ambiance qu’il y a dans la plupart des entreprises : tirer sur les coûts donc sur les employés en leur demandant toujours plus pour le même nombre d’heures. Et si nous pensons avant tout au travail physique comme ceux du bâtiment ou du soin (allez porter une personne âgée quand vous avez 60 ans ou vous agenouillez pour parler aux enfants), croyez-moi dans les bureaux aussi, les salariés en ont marre au bout d’un moment : désorganisation, toujours davantage de travail, absurdité de certaines tâches[1], etc.

       Pour le cas personnel de ma mère, quand je vois comment elle n’en pouvait déjà plus de l’hôpital quand elle y est partie, et encore c’était il y a 10 ans, aujourd’hui, vu le manque de moyens humains et financiers, elle ne pourrait tout simplement pas tenir le coup !

       Face à ce constat, certains répondent que cela n’est pas un problème pour les prochaines générations puisqu’on va vivre de plus en plus vieux… Mais c’est FAUX ! En effet, l’espérance de vie stagne depuis quelques années en France[2], et ce avant covid (qui n’a pas arrangé les choses puisque l’espérance de vie a même baissé[3]). Cette stagnation, voire baisse de l’espérance de vie, n’est pas encore annoncée à grands cris (cela remettrait en cause tout le modèle agricole industriel et la consommation de plastique), mais les faits sont là : depuis quelques années, l’espérance de vie stagne en France[4]. Auparavant, nous gagnons un trimestre par an, maintenant c’est un trimestre tous les cinq ans[5].

       Pour l’instant, la courbe de l’espérance de vie ne s’est pas encore inversée (je ne compte pas l’épisode covid), mais qui nous dit que cela ne va pas arriver : multiplication des épidémies[6] et des épisodes de chaleur, nourriture avec de moins en moins de nutriments (même celle non transformée)[7], effets des pesticides mais aussi des appareils électroniques sans oublier notre ingestion indirecte de plastique[8]. Tout cela ne concourt pas à notre bien-être. Aux États-Unis, l’espérance de vie est même en baisse depuis 2014[9] ! Certes, nous ne sommes pas les États-Unis, mais nous ne pouvons nier que la société française s’américanise énormément (rien que sur l’alimentation avec l’implantation des fast-foods : nous avons plus de Mc Donald’s par habitant qu’aux États-Unis[10] !).

       C’est pourquoi depuis quelles années, avec l’augmentation de l’âge de départ et de la durée de cotisations, l’espérance de vie en retraite diminue : nous sommes passés de 24,6 ans pour la génération née en 1950 à 23,8 ans pour celle de 1953[11].

Stagnation, voire baisse de l'espérance de vie à la naissance.

Stagnation de l’espérance de vie à la naissance en France
et plus de 15 ans d’écart entre l’espérance de vie
et celle en bonne santé.

Une espérance de vie différente
selon le revenu

       Un indicateur très intéressant pour parler retraite est l’espérance de vie selon le niveau de richesse… et là, c’est encore toute autre chose ! Le chiffre est tellement énorme qu’à chaque fois, je suis obligée de le relire deux fois : il y a 13 ans d’écart d’espérance de vie à la naissance entre les 5 % les plus pauvres (moins de 466 euros de revenu mensuel) et entre les 5 % les plus riches (plus de 5796 euros de revenu mensuel)[12] !!! 13 ans ! C’est énorme ! Tout ce que l’on peut faire en 13 ans !

  • Les personnes qui touchent moins de 466 € de revenu mensuel vivent en moyenne jusqu’à 71,7 ans.
  • Les personnes qui touchent plus de 5796 € de revenu mensuel vivent en moyenne jusqu’à 84,4 ans.

       Et c’est la moyenne de l’espérance de vie, et non celle en bonne santé. Il faut en effet savoir que dans ces plus pauvres, un quart sera déjà mort à 62 ans[13] !

       Cependant, certains économistes pensent que pour parler de la réforme des retraites, ce n’est pas un bon indicateur de prendre la différence d’espérance de vie entre les 5% les plus pauvres et les 5 % les plus riches (personnellement, je ne suis pas d’accord). En effet, comme un quart de ces plus pauvres seront morts et qu’une bonne partie d’entre eux ne toucheront pas de retraite comme n’ayant pas assez cotisé (RSA), ils ne devraient pas être pris en compte dans le calcul. Ces économistes proposent de comparer entre les 25 à 30 % des plus modestes (1250 euros de revenus mensuels) et des plus riches. Certes, la différence n’est pas 13 ans, mais nous sommes quand même encore à 7 ans avec une espérance de vie à 76,9 ans[14] ! Dans cette catégorie 15 % des hommes seront décédés à 62 ans contre 5 % des plus riches[15] ! Même si cette différence est moindre, si le gouvernement allonge l’âge de départ à la retraite, ce seront encore les classes populaires qui trinqueront !

Espérance de vie selon le revenu

La différence d’espérance de vie entre revenu est vraiment due au niveau de vie et non aux diplômes. Nous pourrions penser que plus on est « éduqué », plus on fait attention aux écarts, mais il n’en est rien. L’Insee l’a bien démontré, c’est vraiment la richesse qui fait augmenter l’espérance de vie, car même les très riches sans diplôme, vivent beaucoup plus vieux[17].

       D’autre part, certaines professions ont une espérance de vie beaucoup moindre que les autres : 62,5 ans pour les bûcherons[16] par exemple ! Augmenter l’âge de départ pénalise donc toutes ces professions où l’espérance de vie est basse.

Entre 7 et 13 ans d'écart d'espérance de vie entre les plus riches et les plus pauvres.

13 ans d’espérance de vie différente entre les 5% les plus pauvres (moins de 466 € par mois) et les 5 % les plus riches (plus de 5796 €).
L’écart passe à 7 ans quand on prend les 25 % des bas revenus (en dessous de 1250 € par mois)

Des critères remettant en cause
la moyenne de l’espérance de vie

       Cependant, prendre comme indicateur l’espérance de vie, c’est-à-dire la MOYENNE de la vie d’une personne dans un groupe donné (ici, l’ensemble des Français) est imparfait car c’est justement une moyenne. Le chiffre de l’espérance de vie en bonne santé est, à mon avis, un meilleur indicateur et là, en 2020, nous ne sommes plus à 79,1 ans mais à 64,4 ans[18] !!! Avouez que cela change tout pour définir un âge de départ en retraite !

       Si, comme le gouvernement le prévoit avec sa réforme, l’âge de départ passe à 64 ans, cela signifie qu’il y a une bonne partie des Français qui ne seront plus en bonne santé à cet âge-là ! Si au niveau social, ce n’est pas terrible, au niveau économique non plus ! En effet, les entreprises devront faire avec des salariés diminués donc moins productifs.

       Un autre facteur pourrait également être pris en compte, c’est la différence d’espérance de vie selon les régions françaises. C’est en écrivant cet article que je l’ai découvert. Selon le lieu où vous habitez, vous n’avez pas les mêmes chances de survie ! Et l’écart peut être important. En France métropolitaine, l’espérance de vie de la région Nord-Picardie est de 4 ans de moins que celle de la région Rhône-Alpes ! 77,1 ans pour les Nord-Picards, plus de 81 ans pour les Rhône-Alpins[19] ! Avec les DOM (espérance de vie à 73 ans), nous sommes à 8 ans d’écart !

       Avec une espérance de vie totalement disparate entre régions et niveau de vie, reporter l’âge légal est discriminant pour les personnes qui n’ont pas les bons facteurs. Un autre critère s’ajoute auquel nous pensons peu : qu’en est-il du taux d’emploi des seniors ?

Selon où on vit, notre espérance de vie est différente.

8 ans d’espérance de vie différente selon le territoire.
Les DOM, le Nord-Picardie et la Normandie ont une espérance de vie beaucoup plus basse que le reste de la France.

Le taux d’emploi des seniors

       Le gouvernement veut que nous travaillions plus. OK, pourquoi pas, mais est-ce que nous pouvons réellement travailler plus ? Actuellement, 55 % des Français sont en inactivité à 60 ans (ancien âge de départ à la retraite), chiffres qui montent à 73 % à 62 ans ! Presque trois quarts des Français sont en inactivité alors qu’ils doivent prendre leur retraite ! Et cette inactivité prend diverses formes : chômage, maladie, invalidité, etc. Le gouvernement nous exhorte à travailler plus mais les faits montrent qu’une bonne partie d’entre nous ne peut pas. Un autre chiffre intéressant montre que la moitié des seniors ont connu une période d’inactivité entre 50 et 60 ans[20].

L’emploi des seniors : des emplois précaires et à temps partiel

       Pour les seniors qui arrivent encore à travailler, une partie d’entre eux ont des emplois précaires (CDD, intérim…). Cette part augmente avec l’âge et s’est intensifiée ces dernières années suite aux différentes réformes sur la retraite[21]. Les seniors sont également davantage touchés par le chômage de longue durée[22].

       Le chiffre important sur l’emploi des seniors est le recours au temps partiel : 90 % des 50-59 ans sont en temps partiel[23] ! Oui, 90 %, la quasi-totalité !!! Le temps partiel est le plus souvent pour raisons de santé ou pour complémenter ses revenus. Temps partiel qui augmente avec l’âge (93 % pour les 60-64 ans).

       Notons que comme pour l’espérance de vie, des différences régionales existent entre le taux d’emploi des seniors avec 10 points d’écart entre le Nord-Picardie (moins de 56 %) et la région parisienne et Rhône-Alpes (65 %)[24]. Dix points d’écart, ce n’est pas rien, et montre que les régions les plus pauvres sont celles qui vont être le plus impactées par cette réforme (comme si elles n’avaient déjà pas d’autres problèmes à régler).

L'emploi des seniors est bas, plus de la moitié sont en inactivité au moment de la retraite.

Le taux d’inactivité des seniors est très bas et précaire
(une quasi-totalité de temps partiel).

       Pour ne pas noircir le tableau, il y a quand même des Français qui travaillent au-delà de 65 ans[25]. L’Insee a enquêté sur ces Français, il en ressort que ce sont :

  • des hommes ;
  • en bonne santé ;
  • diplômés ;
  • résidant en majorité dans l’agglomération parisienne ;
  • avec une surreprésentation des cadres et des indépendants.

       Ces constats disent bien que même avec la meilleure volonté du monde, il n’est pas évident de travailler à temps plein et longtemps dans les conditions de travail que nous connaissons actuellement.

L'emploi des seniors est bas, plus de la moitié sont en inactivité au moment de la retraite.

Les personnes qui arrivent à travailler au-delà de 65 ans représentent une infime partie de la population.

Des conditions de travail de plus en plus difficiles

Une pénibilité grandissante

       Étant au XXIe siècle, nous pourrions penser que les conditions de travail s’améliorent au fil du temps… En France, il n’en est rien. Certes, nous ne sommes plus au XIXe siècle (et encore quand nous voyons les conditions de travail dans les usines de textile au Bangladesh[26] ou autre, il y a des questions à se poser), mais les maladies professionnelles (donc liées au travail), les accidents de travail et pire, la mortalité au travail augmente d’année en année en France[27] !!! La France est même le pire pays de l’Union européenne pour la mort au travail et de loin[28] !!!

       Cette mortalité, maladies et accidents liés au travail touchent davantage les ouvriers : 16 % des ouvriers sont touchés par les accidents de travail contre 4 % des cadres[29]. Les chiffres sont très clairs : 68 % des personnes exposés à une pénibilité sont en emploi après 50 ans contre 75 % pour celles non exposées[30].

       Ainsi en reculant l’âge de départ à la retraite, le gouvernement montre qu’il ne prend pas en considération les personnes qui font tourner le pays (vous vous rappelez : les premiers de cordée au moment du covid) ! Triple peine pour ces personnes :

  • ont commencé à travaillé tôt (et contrairement à ce que l’on pourrait penser, beaucoup se plaignent qu’on leur a volé leur jeunesse[31]) ;
  • ont des métiers plus pénibles ;
  • et vivent moins longtemps !

       Différence de traitement énorme car nous pourrions penser que les cadres partent beaucoup plus tard que les ouvriers comme ils ont commencé à travailler plus tard, il n’en est rien : 63,1 ans, donc seulement un peu plus d’un an de différence avec les ouvriers[32] ! Et il en est de même sur le temps de travail lissé sur l’année : les cadres ont davantage de RTT que les ouvriers[33] !

       Avec un report de l’âge de départ à la retraite, les ouvriers sont une fois de plus, encore pénalisés. En outre, face à la pénibilité du travail qui pourrait également être prise en compte, le gouvernement Macron Ier a montré qu’il s’en contrecarrait puisqu’il a réduit les critères de pénibilité en 2017[34] !!! Donc, l’âge de départ à la retraite est la triple peine pour les ouvriers, triple peine que cette réforme va encore accentuer.

Dégradation des conditions travail due à une hausse de pénibilité et à un surmenage.

La pénibilité des conditions de travail est
un frein à travailler longtemps.

Dégradation des conditions de travail pour les emplois tertiaires

       Comme je l’ai écrit plus haut, même les emplois de bureau ou de service voient leurs conditions de travail se dégrader. Certes, ce n’est ni l’usine, ni physique comme les métiers de bouche, du soin ou autre, mais l’augmentation des troubles musculo-squelettiques (faire des mouvements répétitifs ou avoir une journée entière la même position ne sont jamais bons) montre qu’il y a un problème. Depuis 2003, ces troubles ont en effet augmenté de 60 %[35] ! Ce qui est inquiétant est même que les emplois tertiaires enregistrent également une hausse des accidents de travail (+ 4 % en 2019[36]). Inquiétant au sens où normalement, ce sont des travails moins confrontés à des risques manutentionnaires. D’autre part, il est maintenant démontré que le surmenage professionnel peut entraîner un surrisque d’AVC (accident vasculaire cérébral)[37] !

       En outre, quelque chose dont on parle encore peu, ce sont les conditions de travail avec le réchauffement climatique. Comme je l’écrivais dans cet article (à retrouver ici), rien n’est conçu pour la chaleur en France. Pire, les bâtiments « modernes » qui pullulent dans les nouvelles zones sont en tôle d’acier ou de plastique ! Dans l’ancienne entreprise où je travaillais, mon bureau (neuf) était exposé au sud habillé de tôles en plastique noir, l’été, c’était un four, nous atteignons les 29 °C, et avec la chaleur des ordinateurs, impossible de rafraîchir l’air, malgré les ventilateurs qui tournaient à fond ! Je ne vous dit pas l’état des jambes après une telle journée ! Voire du cœur[38] ! Si ces conditions de travail se prolongent (trois vagues de chaleur en 2022 !) et qu’aucune adaptation n’est faite, notre santé en pâtira.

       Enfin, il ne faut pas oublier que la France a une des meilleures productivités au monde[39]. Cette productivité ne se fait pas sans rien ! Combien d’entreprises ont transformé deux postes en un, créant une charge supplémentaire pour le poste restant !? Ainsi, si d’autres pays partent plus tard en retraite, vu notre productivité, on pourrait même partir bien avant. Certains économistes ont même souligné qu’avec une telle productivité, nous pourrions partir en week-end dès le vendredi, et nous aurions encore une meilleure productivité que les Britanniques[40] ! Alors si nous devons réellement travailler jusqu’à 64 ans, pourquoi ne pas passer à 28 heures par semaine (comme dans le secteur de la métallurgie en Allemagne[41]) ?

Dégradation des conditions travail due à une hausse de pénibilité et à un surmenage.

Dégradation des conditions de travail des Français
avec une surcharge de travail régulière
et qui vont s’intensifier avec le changement climatique.

L’utilité de cette réforme : trouver de l’argent

Est-ce pertinent de reculer l’âge de départ ?

       La grande question sur cette réforme est son utilité. Paradoxalement, l’objectif de cette réforme est de nous faire travailler plus longtemps, mais en allongeant la durée de cotisation, nous augmentons aussi le nombre de chômeurs avant retraite[42] (difficulté à retrouver un travail après 55 ans). Par exemple, n’aurait-il pas été plus pertinent d’améliorer le nombre de Français qui font une carrière complète et en bonne santé ?

       Ensuite, après 30 ans de réforme avec en moyenne une réforme tous les quatre ans[43], est-ce encore opportun de faire une réforme ? Et surtout, à chaque réforme, on nous promet que c’est la dernière, et une autre arrive quelques années plus tard ! Pour ma part, quand j’avais 10 ans, je devais avoir 37,5 ans de cotisations pour être en retraite, avec cette réforme, ce serait 43 ans. J’ai donc perdu presque 7 ans de vie libre pour travailler !

       D’après le gouvernement, cette réforme serait pour financer les 10 à 12 milliards manquants ! Déjà, beaucoup d’économistes et même le COR (Conseil d’orientation des retraites) indiquent que ce n’est qu’un scénario et qu’une réforme n’est pas nécessaire[44] car les comptes s’équilibreront au mieux dès 2030, au pire en 2040. Ensuite, depuis deux ans, les comptes sont excédentaires, et l’année dernière l’excédent était à plus de trois milliards[45] !

       Toutefois, suivons l’idée du gouvernement et disons-nous qu’il va manquer 12 milliards. Déjà, qu’est-ce que 12 milliards sur un budget de l’État qui dépasse les 600 milliards[46] ! Mais faisons la bonne ménagère et disons-nous qu’il faut trouver ces 10 milliards ! Premier étonnement : le gouvernement vient d’augmenter le budget de l’Armée avec une moyenne de 20 milliards par an[47] alors qu’il nous dit qu’il n’y a pas d’argent !?!?

Dégradation des conditions travail due à une hausse de pénibilité et à un surmenage.

Même avec la projection la plus pessimiste, l’utilité de la réforme pose question quand on voit comment les gouvernements Macron dépensent notre argent.

Où trouver de l’argent ?

       Pour trouver ces 12 milliards, quelques pistes possibles qui ont un énorme avantage, elles ne prennent ni sur le pouvoir d’achat des Français (voire elles l’augmentent), ni sur les futures cotisations Maladie, Vieillesse ou autre.

  • Améliorer les conditions de travail pour augmenter le nombre de Français en activité et en bonne santé à l’âge de la retraite.
  • Augmenter le salaire des femmes au même niveau que les hommes afin d’augmenter les cotisations (et tout bénéf’ pour le pouvoir d’achat).
  • Lutter contre l’évasion fiscale (entre 60 et 100 milliards par an en France[48]).
  • Mettre fin aux complémentaires santé pour passer entièrement à un régime général, une « Grande Sécu » (préconisation du Haut conseil pour l’avenir de l’assurance-maladie pour gagner 5 milliards d’économie de gestion[49]).
  • Taxer les ultra-riches (leur fortune s’est encore accrue ces dernières années[50]).
  • Taxer davantage les multinationales et leurs super-profits (qui se sont encore accrus ces dernières années[51]).
  • Arrêter avec la baisse ou suppressions des impôts (comme la CVAE, l’ISF, etc.) qui ne profitent qu’à certaines personnes et qu’à certaines entreprises.

       Il ne faut pas oublier que certains choix politiques faits ces dernières années ont plombé les finances publiques comme la création du CICE qui a duré presqu’une dizaine d’années avant qu’il ne soit enfin arrêté vu son inefficacité. Le CICE était un crédit d’impôt aux entreprises en baissant leurs cotisations pour les salaires en dessous de 2,5 smic en contrepartie d’embauche. Rien qu’en 2019, le CICE nous a coûté plus de 40 milliards[52], et sans embauche supplémentaire ! Donc, s’il faut de l’argent, on peut toujours en trouver.

Le Fonds de réserve des retraites

Le pire dans cette histoire de financement des retraites est que le gouvernement Jospin lors de l’embellie de croissance à la fin des années 1990 avait mis de l’argent de côté pour les retraites en créant un Fonds de réserve des retraites (FFR). Avant 2010, la somme de ce fonds atteignait 37 milliards d’euros. Normalement, cet argent devait commencer à n’être distribué qu’en 2020 pour s’échelonner jusqu’en 2040. Mais une réforme de 2010 par Sarkozy et compagnie a changé la destination de cet argent, et le FFR a dû commencer à donner de l’argent dès 2011… Mais pas pour le financement des retraites[53] ! Pourquoi ce changement de destination alors que 10 ans supplémentaires auraient permis de gonfler davantage le pactole grâce aux investissements ? L’objectif a été de rembourser les dettes sociales qui avaient augmenté avec la crise de 2008[54] via la Cades (Caisse d’amortissement de la dette sociale)[55]. Ce choix politique pose question quand on sait que les responsables de la crise étaient les banques. Il aurait été, à mon avis, plus judicieux de les faire payer pour qu’elles apprenent de leur erreur, ou au moins, de leur demander des contreparties. Merci à mon abonnée qui m’a appris où était passé cet argent.
Des pistes pour trouver un financement pour les retraites.

Énormément de possibilités existent pour financer
les 12 milliards qui manqueraient.

Un fruit n'est pas un remplacé par une orange.

Ce graphique élaboré par Oxfam est très parlant. Il est possible de trouver de l’argent autrement.
https://www.oxfamfrance.org/inegalites-et-justice-fiscale/reforme-retraites-injuste/

L’objectif d’une vie : travailler plus ?

       Pour conclure, le point qui me gêne énormément dans cet allongement de la durée de l’âge de départ en retraite, c’est qu’avec toutes les réformes en cours depuis 1993 : on a perdu presque 10 ans de retraite. En gros, la majorité des Français doivent travailler 6,5 ans de plus ! Et ça, je suis contre. Je trouve qu’on donne déjà énormément de temps aux entreprises dans notre vie active (un tiers de la journée en sachant qu’un autre tiers est consacré au sommeil, il ne nous reste plus grand-chose), que ce n’est pas pour qu’on nous en ajoute en fin de vie. Surtout que nos meilleures années passent soit à étudier pour trouver un travail, soit en début de carrière difficile pour joindre les deux bouts.

       En outre, j’aime cette idée qu’en travaillant ce qu’il fallait, tu puisses en fin de vie profiter de ton temps libre pour t’occuper de ta famille, profiter de tes amis, t’investir dans une association sportive, culturelle, sociale. Bref, profitez de ce temps libre. Mais là, avec ces multiples réformes, on a l’impression que nous ne sommes plus que de la chair à entreprise ! Que tout ce qu’il faut que nous fassions, c’est de travailler ! Mais la vie ne se résume pas au travail ! Si autant j’adore mon boulot et j’ai des parents qui ont adoré le leur, pour autant, tellement d’autres choses sont à faire sur Terre, aussi bien des choses « utiles » : cuisiner, rénover sa maison, faire son potager, coudre, tricoter ; que des choses « inutiles » (adjectif à prendre avec des pincettes car ce sont des choses qui font du bien au moral) : observer la nature, se promener, lire, jouer de la musique, etc.

       Alors, si nous passons à 64 ans, passons à 28 heures par semaine afin d’avoir une vie qui ne se résume pas qu’au travail. Mais comme pour l’instant, le gouvernement Macron/Borne ne parle pas de ce projet, rendez-vous à l’encadré Que faire ? pour bouger les lignes afin de leur faire comprendre que nous voulons une vie plus juste et épanouissante.

BONUS Quand Macron était totalement d’accord avec cet article, c’était en 2019…

Que faire ?

Le plus important est que les gens soient informés, comprennent l’injustice de cette réforme, donc parlez-en autour de vous, DIFFUSER l’information. Partagez cet article ou d’autres au sujet de cette réforme de l’âge de départ !
  • N’hésitez pas à faire grève. Bien sûr, tout le monde ne peut pas faire une grève illimitée (moi, la première) mais faites grève au moins les jours de manifestation importante. Si, vraiment au niveau du travail, vous êtes juste, n’oubliez pas qu’il est possible de faire grève seulement une heure ou une demi-journée pour aller manifester.
  • Allez manifester pour montrer au gouvernement que vous n’êtes pas d’accord avec la réforme.
  • Et si vraiment, vous ne pouvez pas faire grève, signez la pétition : https://www.change.org/p/retraites-non-%C3%A0-cette-r%C3%A9forme-injuste-et-brutale-reformesdesretraites
POUR EN SAVOIR PLUS Espérance de vie Sur la stagnation de l’espérance de vie qui serait pour l’instant d’ordre médical : https://www.ined.fr/fr/publications/editions/population-et-societes/pourquoi-esperance-vie-augmente-moins-vite-france/#tabs-2 Vieil article mais toujours intéressant de montrer que le recul des années a donné raison à l’auteur :
https://blogs.alternatives-economiques.fr/gadrey/2011/04/27/l-esperance-de-vie-peut-elle-stagner-en-france-a-l-avenir En réalité, les gains d’espérance de vie des trente dernières années sont dus à la baisse de la mortalité aux âges élevés, ce qui entraîne mécaniquement une augmentation, et non à une baisse de la mortalité infantile (qui a même augmenté en France ces dernières années) :
https://www.insee.fr/fr/statistiques/4160025 L’espérance de vie selon le territoire :
https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/memos-demo/focus/vit-on-plus-longtemps-en-bonne-sante-dans-certains-departements-francais/ Conditions de travail Sur l’absurdité de plus en plus patent du travail dans beaucoup d’entreprises du tertiaire (de bureau), les livres ou vidéos de Julia de Funès, philosophe et ancienne Ressources Humaines :
https://www.decitre.fr/rechercher/result?q=julia+de+funes
https://www.youtube.com/results?search_query=julia+de+fun%C3%A8s
Si elle passe en conférence dans votre coin, n’hésitez pas à aller la voir : elle a le même bagout que son grand-père (Louis !). Et n’hésitez pas à vous faire payer des places par votre entreprise, étrangement les entreprises sont friandes de ses conférences (moi-même, j’ai été la voir dans ce cadre). Je n’ai toujours pas compris pourquoi, mais le fait est là. Revue de l’Ined, Population & Sociétés, « La “double peine” des ouvriers : plus d’années d’incapacité au sein d’une vie plus courte », de Emmanuelle Cambois, Caroline Laborde et Jean-Marie Robine, n°441, janvier 2008 : https://www.ined.fr/fr/publications/editions/population-et-societes/la-double-peine-des-ouvriers-plus-d-annees-d-incapacite-au-sein-d-une-vie-plus-courte/ Sur l’apprentissage des jeunes Le temps du débat sur France Culture « Réforme des lycées professionnels : quelle ambition pour les élèves ? », 8 novembre 2022 : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-temps-du-debat/reforme-des-lycees-professionnels-quelle-ambition-pour-les-eleves-1088429
Émission passionnante avec la sociologue Prisca Kergoat qui a interrogé plus de 2000 apprentis pendant six ans. Cette étude sociologique montre qu’il y a vraiment un problème de formation et d’ORIENTATION dans le système du collège français, car personne ne demande l’avis à ces jeunes gens.   30 ans de réforme des retraites Résumé de toutes les réformes françaises pour la retraite.
https://www.ifrap.org/retraite/retraites-depuis-30-ans-en-moyenne-une-reforme-tous-les-4-ans
L’article oublie de préciser ce qu’est devenu le Fonds de réserve des retraites institué par Jospin et de la remise en question des critères de pénibilité par le gouvernement de Macron en 2017. Mon article écrit lors de la dernière volonté de réforme :
https://crevette-diplomate.fr/retraite-par-repartition-fleuron-de-la-societe-francaise-mise-en-peril/
Attention, je n’ai pas réussi à le mettre à jour (problème de logiciel). Ce qui est intéressant est de voir que les chiffres ont beaucoup changé depuis 2019, et que maintenant je sais où est passé le fond de réserve des retraites (pallier la crise bancaire de 2008).
NOTES DE BAS DE PAGE [1] https://www.babelio.com/livres/Funes-La-vie-de-bureau-ou-comment-je-suis-tombee-en-Absu/1181106 [2] https://www.insee.fr/fr/statistiques/4160025#Figure1_radio2 [3] https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/09/27/le-covid-19-a-fait-plonger-l-esperance-de-vie-en-2020_6096211_3244.html [4] https://www.vie-publique.fr/en-bref/262528-societe-lesperance-de-vie-stagne-en-france [5] https://www.alternatives-economiques.fr/esperance-de-vie-fin-belles-annees/00088694 [6] https://www.ined.fr/fr/publications/editions/population-et-societes/pourquoi-esperance-vie-augmente-moins-vite-france/#tabs-2 [7] https://www.nationalgeographic.fr/environnement/nos-fruits-et-legumes-sont-de-moins-en-moins-nutritifs [8] https://www.artac.info/fr/appel-de-paris/presentation_000074.html [9] https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/10/23/aux-etats-unis-une-baisse-effrayante-de-l-esperance-de-vie_6147000_3244.html [10] https://fr.statista.com/statistiques/511193/nombre-personnes-mcdonald-s/ [11] Page 133 du rapport Drees : https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/sites/default/files/2021-05/Fiche%2015%20-%20L%E2%80%99%C3%A2ge%20moyen%20de%20d%C3%A9part%20%C3%A0%20la%20retraite%20et%20son%20%C3%A9volution.pdf [12] https://www.insee.fr/fr/statistiques/6046588 [13] https://www.liberation.fr/societe/a-lage-de-la-retraite-25-des-plus-pauvres-sont-deja-morts-20211201_ZPDCTHANSFAV5L26524QHTQR2E/ [14] https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/02/06/qui-veut-vivre-vieux-soigne-son-portefeuille_5252651_3234.html [15] https://www.liberation.fr/checknews/peut-on-vraiment-dire-que-25-des-travailleurs-masculins-les-plus-modestes-meurent-avant-la-retraite-20230113_UB2B77BNEZCCNFUCC3ZHYNIWJA/ [16] https://www.humanite.fr/planete/bucherons/environnement-les-bucherons-premieres-victimes-de-la-foret-681596 [17] https://www.insee.fr/fr/statistiques/3319895 [18] https://www.insee.fr/fr/statistiques/3281641?sommaire=3281778&q=esp%C3%A9rance+de+vie+en+bonne+sant%C3%A9 [19] https://www.insee.fr/fr/statistiques/2012749 [20] https://www.tf1info.fr/societe/est-ce-que-40-des-gens-partant-a-la-retraite-n-ont-deja-plus-de-travail-comme-l-affirme-laurent-berger-2139199.html [21] https://www.insee.fr/fr/statistiques/3582878#graphique-figure4 [22] https://www.insee.fr/fr/statistiques/4985478 [23] https://www.insee.fr/fr/statistiques/3582878#graphique-figure3 [24] https://www.insee.fr/fr/statistiques/3714339 [25] https://www.insee.fr/fr/statistiques/3646000?sommaire=3646226 [26] https://www.lexpress.fr/economie/entreprises/drame-du-rana-plaza-une-gaffe-revele-l-envers-de-la-com-d-h-m_1520134.html [27] https://www.lemonde.fr/emploi/article/2019/12/12/hausse-des-accidents-du-travail-et-des-maladies-professionnelles_6022568_1698637.html [28] https://www.humanite.fr/social-eco/conditions-de-travail/morts-au-travail-un-scandale-francais-748305 [29] https://www.inegalites.fr/Les-ouvriers-plus-frequemment-victimes-d-accidents-du-travail [30] https://dares.travail-emploi.gouv.fr/publications/2011-020-emploi-et-sante-des-seniors-durablement-exposes-a-des-penibilites [31] À 30,15 minutes : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-temps-du-debat/reforme-des-lycees-professionnels-quelle-ambition-pour-les-eleves-1088429 [32] https://www.lafinancepourtous.com/2023/01/16/a-quel-age-part-on-a-la-retraite-en-france/ [33] https://www.inegalites.fr/Les-cadres-a-la-pointe-des-conges [34] https://www.inegalites.fr/L-essentiel-des-inegalites-de-conditions-de-travail-en-France [35] https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/tms/comprendre-troubles-musculosquelettiques [36] https://www.20minutes.fr/societe/2878667-20201006-accidents-travail-hausse-06-2019-4-services [37] https://www.sante-sur-le-net.com/accident-vasculaire-cerebral-surisque-professionnels/ [38] https://www.topsante.com/medecine/votre-sante-vous/sante-pratique/fortes-chaleurs-attention-coeur-fragile-626681 [39] https://cz.ambafrance.org/La-productivite-francaise-parmi-les-plus [40] https://www.rtl.fr/actu/economie-consommation/the-economist-donne-un-coup-de-chapeau-a-la-productivite-des-francais-7777103451 L’enquête de The Economist à ce sujet : https://www.economist.com/britain/2015/03/12/bargain-basement [41] https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/allemagne/allemagne-la-semaine-de-28-heures-de-travail-validee-dans-la-metallurgie_2598530.html [42] https://www.insee.fr/fr/statistiques/2121629 [43] https://www.ifrap.org/retraite/retraites-depuis-30-ans-en-moyenne-une-reforme-tous-les-4-ans [44] https://www.francetvinfo.fr/economie/retraite/reforme-des-retraites/retraites-pourquoi-la-reforme-promise-par-emmanuel-macron-n-est-pas-economiquement-necessaire-pour-maintenir-le-systeme_5143438.html [45] https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/vie-professionnelle/retraite/retraites-plus-de-3-milliards-d-euros-d-excedent-en-2022-mais-un-retour-au-deficit-a-court-terme_5356858.html [46] https://www.budget.gouv.fr/budget-etat [47] https://www.marianne.net/politique/macron/doublement-des-capacites-de-reserves-400-milliards-deuros-de-budget-les-annonces-de-macron-pour-larmee [48] https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-pourquoi-du-comment-economie-et-social/combien-coute-l-evasion-fiscale-1524470 [49] https://www.lemonde.fr/societe/article/2022/01/10/grande-secu-qui-y-gagnerait_6108858_3224.html [50] https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/2023-01-16/les-ultra-riches-sont-de-plus-en-plus-riches-voici-pourquoi-9922d97b-b704-40ab-9486-b7d79c8a35ab [51] https://multinationales.org/fr/enquetes/cac40-le-veritable-bilan-annuel-2022/superprofits-du-cac40-que-disent-les-chiffres [52] https://www.20minutes.fr/economie/2686715-20200104-cice-coute-40-milliards-euros-2019 [53] https://www.fondsdereserve.fr/fr/missions [54] https://www.senat.fr/rap/r20-747/r20-7474.html [55] https://www.la-retraite-en-clair.fr/retraite-france-monde/systeme-retraite-france-grands-principes/fonds-reserve-retraites

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :